Accueil  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Atli

avatar

Age : 56
Localisation : Remulak, France

MessageSujet: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 20 Fév 2014 - 21:02

On ne va pas y échapper et tut le monde est concerné : Leman pour les Belges, Vimy pour les Canadiens, du fric pour les Suisses....


VonGuderian a écrit:
23:14

VG vient de faire un tableau des pertes du premier engagement majeur du Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc qui date du 22 septembre 1914 : 30,5% de l'effectif de l'unité est mis hors de combat en 1 jour, soit 865 hommes sur 2834.
Il est ébahi.  Shocked

Je pense que tu as vu le livre de J.-M. Steg sur la journée du 22 août, la bataille de Rossignol et sur le massacre de de la division coloniale (mon grand oncle s'est fait tuer pas très loin de là) mais a tout hasard :



Une tuerie représentative de l'incompréhension des nouveaux aspects de la guerre. C'est assez fréquent à la guerre, il faut dire : 44 ans avant, la charge de la Garde Prussienne sur Saint-Privat relevait des mêmes errements...



Sur le même thème de la division coloniale, il y avait aussi un article dans un numéro de Vae Victis pas très ancien : je peux rechercher si tu veux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VG

avatar

Age : 25
Localisation : En Frrrrance !

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 20 Fév 2014 - 21:18

Non j'ai pas lu, principalement parce que c'est pas mon sujet et que j'ai déjà bien assez à faire avec. Razz

Mais je peux dire que je participe pleinement à la commémoration de la Grande Guerre.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atli

avatar

Age : 56
Localisation : Remulak, France

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 20 Fév 2014 - 21:30

Et ton sujet est ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VG

avatar

Age : 25
Localisation : En Frrrrance !

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 20 Fév 2014 - 21:44

Je fais un travail de "débrousaillage" général (pour une future thèse) sur l'action militaire du RICM pendant la Grande Guerre, soit de fin septembre 1914 jusqu'à fin octobre 1918. Mon angle d'étude c'est de comprendre pourquoi et comment il est devenu un régiment d'élite de l'armée française (parce qu'il devient le plus décoré de l'armée et récolte 5 palmes militaires en l'espace de 7 mois en 1918).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oli le Belge

avatar

Age : 38
Localisation : Dans ce plat pays qui est le mien et qui lentement agonise

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Ven 21 Fév 2014 - 5:47

Moi, je travaille sur la demande de réhabilitation des "fusillés pour l'exemple" en Belgique. Il y en a une dizaine et depuis les années 90, il y a eu deux demandes officielles...par les nationalistes flamands.

J'étudie donc les mécanismes de la mise à l'agenda de cette question et je m'interroge sur la raison qui pousse les nationalistes à s'intéresser à cette problématique qui partout ailleurs à plutôt mobilisé la gauche et l'extrême gauche.

Il y a aussi une petite partie du travail sur les représentations. Le cas des "fusillés pour l'exemple" est assez emblématique de l'idée que l'on se fait de la première guerre (guerre absurde, folie meurtrière,...). Un tas de représentations qui font qu'à la fin, on ne comprend plus trop comment et pourquoi les soldats ont combattu (aussi longtemps).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keyan Farlander

avatar

Age : 37
Localisation : Lorraine, France

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Ven 21 Fév 2014 - 14:12

Attila Bulgroz a écrit:
VonGuderian a écrit:
23:14

VG vient de faire un tableau des pertes du premier engagement majeur du Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc qui date du 22 septembre 1914 : 30,5% de l'effectif de l'unité est mis hors de combat en 1 jour, soit 865 hommes sur 2834.
Il est ébahi.  Shocked

Je pense que tu as vu le livre de J.-M. Steg sur la journée du 22 août, la bataille de Rossignol et sur le massacre de de la division coloniale (mon grand oncle s'est fait tuer pas très loin de là) mais a tout hasard :



Une tuerie représentative de l'incompréhension des nouveaux aspects de la guerre. C'est assez fréquent à la guerre, il faut dire : 44 ans avant, la charge de la Garde Prussienne sur Saint-Privat relevait des mêmes errements...
Ce n'est pas le meilleur livre consacré au prélude de la Marne ; je recommanderais plutôt de lire Jean-Claude Delhez, le Jour de deuil de l'Armée française, ou La Bataille des frontières, Joffre attaque au centre, ou sur un plan plus général, Douze mythes de l'année 1914.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VG

avatar

Age : 25
Localisation : En Frrrrance !

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 27 Fév 2014 - 18:34

Si ça vous intéresse, je peux poster tout au long de l'année quelques extraits de ce que j'aurai écrit et trouvé sur mon sujet. Ça fera vivre cette enfilade ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keyan Farlander

avatar

Age : 37
Localisation : Lorraine, France

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 27 Fév 2014 - 19:25

Mais je t'en prie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mosquito




MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 27 Fév 2014 - 22:12

Avec plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VG

avatar

Age : 25
Localisation : En Frrrrance !

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 27 Fév 2014 - 22:39

Je posterai quelques pages dans la nuit alors, cependant je vous préviens que quelques parties ne sont pas encore complètes parce que j'ai pas encore trouvé de sources pour ça (notamment les états de service des officiers du régiment).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VG

avatar

Age : 25
Localisation : En Frrrrance !

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Ven 28 Fév 2014 - 2:51

C'est pas tout à fait fini mais l'essentiel y est largement :

Ah oui, c'est long.

Lassigny : découverte de la « guerre moderne » et premières déconvenues

Carte des environs de Lassigny :

Le 17 septembre, le colonel Savy quitte son poste de commandant du régiment pour celui de commandant de la 4e Brigade du Maroc à laquelle est intégré le R.M.I.C. et le 8e Régiment de Marche de Tirailleurs. Le chef de bataillon Mourin assure l'intérim et les effectifs sont complétés lorsque le régiment arrive à Compiègne par voie ferrée.
Le conflit est alors en pleine phase de la « Course à la Mer » où chaque armée tente de déborder l'autre par le flanc avant que celui-ci n'y amène des renforts. Le 13e C.A. est une des premières grandes unités à être engagée dans cette phase de la guerre et a pour but de déborder le flanc droit de l'armée allemande avant que les réserves n'arrivent. Deux jours plus tard, le 19 septembre, la 4e B.M. est rattachée et placée en réserve générale du 13e Corps d'Armée du général Alix, qui combat dans l'Oise entre les villes de Roye et Noyon.

La 4e BM3 reçoit l'ordre de prendre pied dans le bois de Riquebourg et  poursuivre en direction des villages de Gury et Tanny. Le R.I.C.M. couvre la manœuvre de la brigade. en se plaçant sur le flanc gauche du dispositif avec le concours d'un escadron du 3e Régiment de Chasseurs d'Afrique en éclairage. Ce dispositif de flanc-garde a pour ordre de se déplacer jusqu'aux cantonnements d'urgence de Ressons-sur-Matz et Riquebourg qu'il rejoint dans la soirée.

Le régiment se met en branle le lendemain, 20 septembre et prend position plus au nord dans le village de Canny-sur-Matz qui n'est tenu que par quelques cavaliers ennemis et rencontre quelques difficultés de marche à cause du terrain fortement boisé. L'action de la 4e B.M. se concentre alors autour  de la ville de Lassigny avec pour objectif de continuer vers l'Est pour prendre à revers les forces adverses situées à l'Est.

Le 21 septembre, une attaque générale de la brigade est lancée sur la ferme de la Malmaison, localisée entre La Taulette et Lassigny, et Plessis-Cacheleu afin de percer les lignes allemandes et libérer la ville de Lassigny dont les défenses sont attaquées par la 26 Division d'Infanterie. Le régiment est en 2e ligne de l'offensive. Le 8e B.S. couvre en flanc-garde à gauche le mouvement de la brigade. Les deux autres bataillons sont rassemblés par le Chef de Bataillon Mourin à 800m au sud-est de Cany en rassemblement articulé à 6h30. En début d'après-midi, le 8e Sénégalais se place en réserve de brigade puis reçoit un ordre du général commandant la division de concourir à une manœuvre sur la ferme de la Potière.

A 15h30, le 12e B.S. soutient l'attaque du 8e R.T.M. à sa gauche sur la Malmaison en flanc-garde jusqu'à l'arrivée des éléments de relève de la 7e D.I. Vers 16h, au moment de l'attaque, il est soumis à un violent barrage d'artillerie et s'arrête à 1200m au nord de Lassigny face à la ferme. Dans le même temps, le colonel Savy ordonne au 4e Colonial de soutenir l'attaque sur Lassigny avec 2 compagnies et une section de mitrailleuses, le reste du bataillon se place en réserve. L'assaut s'enraye à cause de l'artillerie adverse et les deux compagnies s'arrêtent à 1km de la ville, incapables d'avancer plus en avant. Devant la puissance de l'artillerie adverse, le commandant de la brigade ordonne d'arrêter les offensives et de les reporter pour le jour suivant. Les troupes bivouaquent sur leurs emplacements de combat (le 12e Sénégalais devant la Malmaison, le 4e devant Lassigny). Le 8e B.S. se trouve toujours vers la Potière et reçoit l'ordre de continuer à attaquer la ferme de nuit mais échoue aussi. Les pertes de cette toute première journée de combat pour le régiment sont de 5 officiers tués et 11 blessés , 1 sous-officier tué et 15 blessés ainsi que 14 hommes de troupe tués et 108 blessés.

         Le 22 septembre à l'aube, la 4e BM doit attaquer Lassigny de concert avec la 26e D.I. en débordant par le Nord les défenses allemandes puis poursuivre vers Candor et Ecuvilly à partir de 6h du matin. Le premier objectif du régiment est d'occuper Lassigny  et de s'emparer de la côte 98, à 500m à l'est de la Potière. Les chefs de bataillon ont pour ordre préliminaire d'envoyer des reconnaissances avant l'aube sur la ferme de la Malmaison et Lassigny pour s'informer des défenses allemandes. Dans le cas où les défenses adverses sont dans le même état que le 21, il faut  masquer l'offensive imminente en se retranchement solidement. A 9h40, la 26e DI reprend l'attaque sur Lassigny et le 4e BC reçoit l'ordre d'accompagner l'attaque de la division dès que la préparation d'artillerie sera suffisante.

Aux alentours de 10h15, l'attaque française est repoussée et ordre est donné de reprendre l'assaut sur le village dès que la préparation d'artillerie sera suffisante mais celle-ci, face aux lourds canons allemands, ne peut pas correctement remplir sa tâche. C'est le commandant Mourin, commandant le régiment, qui se charge de la conduite de la prochaine attaque avec le 4e Colonial et le 12e Sénégalais à sa disposition. Le 8e B.S. est laissé à la disposition du lieutenant-colonel Delaveau commandant le 8e R.M.T. pour l'attaque menée sur la Potière. Quelques heures plus tard, Mourin s'aperçoit que la 26e DI n'attaque pas à cause du feu adverse trop intense et que le mouvement des 4e B.C. et 12e B.S. est enrayé. Vingt minutes plus tard, il reçoit l'ordre qu'en exécution de l'ordre d'offensive général du général Alix, dont le but est la prise de Lassigny, la 4e Brigade du Maroc et le Régiment Didier, les restes de deux régiments décimés1, doivent attaquer Lassigny par le Nord.

Le 4e BC doit attaquer le saillant Nord-Est de Lassigny alors que le 8e BS, assisté d'un bataillon du 8e RMT, dirige son offensive sur La Potière et le le 12e BS attaque la Malmaison  pour faire craquer les lignes adverses sur les 3 points d'attaque. L'attaque est prévue pour 15h30 mais va être repoussée à 16h30 pour laisser le temps à l'artillerie de préparer le terrain de façon intense.Durant l'attaque, le 4e B.C. réussit à pénétrer dans le village mais est obligé de se replier après avoir subi de très lourdes pertes car il est encerclé par les troupes allemandes sans aucun soutien possible des autres unités françaises incapables d'avancer.


A 19h, Mourin apprend que l'attaque a complètement échoué par des blessés du régiment qui sont ramenés à l'arrière, il ordonne alors un ordre de repli général et les troupes refluent une heure dans les positions françaises situées à 800m à l'Est du village, sauf le 12e Sénégalais qui ne rejoint les lignes amies qu'à 21h. Une heure plus tard, des travaux de fortifications sont entamés sur les positions qu'occupent les bataillons et on prévoit déjà une nouvelle offensive pour le lendemain.

Analysons en détail les pertes du régiment pour cette journée  :

Officiers :19 officiers perdus (2 tués, 14 blessés, 3 disparus) sur un effectif initial de 52, soit 36,5 % de l'encadrement mis hors de combat ! C'est un chiffre très conséquent  mais cela prouve que les officiers du régiment n'hésitent pas à être devant leurs hommes pour mener les offensives. Tous les officiers perdus sont subalternes : 6 capitaines (4 blessés, 2 disparus) et 12 lieutenants (2 tués, 9 blessés et 1 disparu) et un médecin-major de 2e classe (blessé).  
Sous-officiers : 32 sous-officiers mis hors de combat dont 9 tués, 22 blessés et 1 disparu. On ne peut faire un calcul plus précis car les chiffres exacts du nombre de sous-officiers à effectif plein n'ont pas été communiqués. Par extrapolation on va prendre le nombre de 170 sous-officiers pour l'effectif complet du régiment, cela donne donc un taux de pertes de 19 %.
Hommes du rang : On compte 60 tués, 588 blessés et 166 disparus soit 814 hommes hors de combat. En se basant sur le chiffre de 2664 soldats et caporaux, cela fait un taux de pertes de 30,5 %. On tombe sur des chiffres parfaitement adéquats à cette période de la guerre .

Le bilan total pour les journées du 21 et 22 septembre s'élève à 1009 tués, blessés et disparus, soit 35% de son effectif de départ. Le chiffre est extrêmement lourd mais reste un nombre tout à fait cohérent avec le reste de l'armée française à ce moment là1, l'adaptation à l'extraordinaire intensité des combats étant encore à faire. On note aussi la forte proportion de blessés, entre 60 et 70%, ce qui peut laisser penser un retour plus ou moins rapide dans les rangs et ainsi contribuer à ne pas dégrader la mémoire tactique du régiment. On doit aussi faire remarquer que c'est l'artillerie allemande, principalement composée de canons lourds à plus longue portée que les canons de 75mm français, qui provoque la plupart des pertes du régiment. Comparativement, le 8e R.M.T. fait figure de miraculé avec 52 tués, 415 blessés et 57 disparus avec seulement 7 officiers perdus.

A la vue des pertes terribles subies par le R.M.I.C. et les autres régiments engagés dans les combats de Lassigny, ordre est donné dès le 23 septembre à 5h30 à toutes les unités de continuer les travaux de fortifications et de tenir les tranchées qui tiennent le front face à Lassigny. Le système de relève des troupes au front est instauré et c'est le 4e BC et le 12e BS qui gardent pour la première fois les tranchées. Le 8e B.S. est mis en réserve à la disposition du colonel Modat au sud de Canny. Le colonel Larroque2 qui devient le commandant du régiment, remplaçant l'intérim du commandant Mourin qui reprend le commandement du 12e B.S. à la place du capitaine Fajole. Dans la journée, le régiment est éprouvé par des tirs d'artillerie allemands qui provoquent quelques pertes dans les 8e et 12e B.S. Le 8e doit d'ailleurs soutenir le bataillon Blondiaux du 8e R.M.T., qui subit une violente attaque allemande dans l'après-midi, mais devient lui aussi la cible d'un violent barrage d'artillerie une fois arrivé sur place qui l'oblige à se placer en position défensive. Il arrive cependant à repousser l'offensive adverse et retourne sur sa position initiale durant la nuit au prix de six hommes blessés.


         Dès le 24 septembre, la brigade décale son dispositif un peu plus au Nord pour s'installer aux alentours du village de Fresnières. Le R.M.I.C. est chargé de tenir ses positions pour couvrir le flanc droit de la manœuvre et subit quelques pertes dues à l'artillerie ennemie dans l'exécution. Dans la journée, le 12e B.S. est relevé par un bataillon du Régiment Didier et mis en réserve à la disposition de la brigade.

Le 25 septembre, le régiment participe à une offensive générale du corps d'armée en direction de Lassigny avec une poursuite envisagée au Nord-Est. Il reçoit l'ordre de fixer les troupes allemandes de Lassigny pour masquer la manœuvre offensive de la 26e DI. Le matin, la liaison téléphonique entre le QG de la brigade et le 4e BC est établie. Le 12e BS quand à lui est chargé de rejoindre le village de Fresnières dans le but d'assister le bataillon du Régiment Didier commandé par le lieutenant-colonel Humblot3. Le 4e Colonial, dont les tranchées sont rudement mises à l'épreuve par des tirs soutenus de l'artillerie allemande, reçoit la visite du colonel Larroque qui évalue la situation du bataillon comme étant sérieuse. Une petite partie d'une des compagnies de première ligne avait même commencé une retraite quand l'adjudant-chef commandant la compagnie l'ordonna après avoir été blessé. Malgré la gravité de la situation, le bataillon résiste tant bien que mal à l'assaut des canons allemands et est remplacé par un bataillon du 98e R.I. pendant la nuit. Cette intense canonnade allemande provoque la mort de trois soldats et en blesse 56 autres.

Le jour suivant est aussi consacré à la consolidation des fortifications même le dispositif du régiment est décalé vers le nord. Le 4e B.C. prend position au Nord Ouest de Canny sur Matz et le 12e B.S. est maintenant à Crapeaumesnil pour faire la liaison avec les troupes stationnées à Fresnières. A 10h30, le 12e Sénégalais envoie une compagnie en reconnaissance sous le commandement du capitaine Didier qui prend par surprise une petite garnison allemande de 2 sections stationnée à la ferme de Lianbrune (ou ferme de Sébastopol) et lui inflige de grosses pertes. Néanmoins l'intervention de la garnison de Lassigny (2 compagnies) signe la fin du combat et le 12e BS se repli en bon ordre, la mission ayant été un succès avec des pertes minimes4. Le reste du régiment subit quelques pertes dues à des tirs d'artillerie

Le 27, pensant l'armée allemande en retraite à cause des rapports de reconnaissance, le général Alix prévoit une offensive générale pour rejeter les allemands sur la Somme sur Péronne puis déborder le dispositif ennemi par le nord de la ville tout en complétant les organisations défensives sur le terrain conquis. Cela se traduit le 28 septembre par un nouvel ordre de mission pour le RICM qui doit tenir coûte que coûte ses tranchées situées sur le flanc gauche du 13e CA qui le relie au 4e CA sur la ligne Crapeaumesnil-Amy tandis que les 25 et 26e D.I. retentent une offensive sur Lassigny, qui se solde une fois de plus par un échec total. Larroque craignant à juste titre une attaque allemande sur le bois de Crapeaumesnil, le 4e BC y est envoyé et repousse le coup de main adverse au prix d'un tué et d'un blessé. Les jours suivants sont plus calmes et seules les relèves viennent perturber l'activité des hommes dans les tranchées.

Pendant la nuit du 1er au 2 octobre, une attaque allemande générale est lancée sur les lignes du 13e CA qui échoue sauf à Crapeaumesnil et Fresnières où l'adversaire a pris pied. L'ordre du commandant de la brigade est de se maintenir sur les positions à tout prix. A 9h25, le régiment est engagé dans une manœuvre de concert avec le 8e Régiment de Marche de Tirailleurs par le colonel commandant la brigade pour reprendre le territoire perdu. Lorsque que le R.M.T. ira prendre position sur la côte 98 située à 2 km ouest de Canny, le R.M.I.C. est chargé de protéger et masquer sa manœuvre des yeux de l'ennemi. Une fois cette étape accomplie, le régiment ira prendre position à l'est de Roye sur Matz et protéger cet endroit.  

A 10h, la première étape de la manœuvre débute et se passe sans heurts mais une attaque allemande en direction du bois des Loges (au nord de Canny et Est de Fresnières) bouscule le  R.M.T. qui arrive toutefois à enrayer les efforts ennemis au début de l'après-midi avec le soutien du 8e B.S. et d'une batterie de l'artillerie. Face à cette nouvelle situation, le colonel Savy envisage de lancer les forces du R.M.I.C. sur Lassigny et le dispositif allemand au nord du village jusqu'à la Malmaison. Il ordonne une attaque coordonnée à la tombée de la nuit pour neutraliser les effets de l'artillerie allemande. En préparation de l'attaque, le 8e BS doit réoccuper les tranchées au nord de Lassigny, le 4e BC celles au nord du 8e BS alors que le 12e BS s’installera sur les anciennes positions du 8e R.M.T. Cependant le 8e R.M.T., attaqué par les forces allemandes, ne bouge pas de ses tranchées. En conséquence le R.M.I.C. ne bouge pas non plus de ses positions et les 4e B.C. et 8e B.S. restent stationnaires toute la journée sur une ligne ouest de Lassigny – sud de Canny  tout en soutenant avec 2 compagnies du 12e Sénégalais le 8e R.M.T. qui défend âprement le village de Canny. Le reste du bataillon stationne au nord de Canny.

Le lendemain 3 octobre, la situation reste la même et seules quelques pertes d'attritions dues à l'artillerie allemande sont à déplorer. Le 4 octobre en plein après-midi à 15h15, une attaque est ordonnée sur le bois juste à l'Est de Canny avec les deux compagnies laissées à la disposition du 8e R.M.T. et par une compagnie du 4e B.C. soutenue par une compagnie du RMTZ afin d'enrayer une énième attaque allemande sur le bois des Loges. Le contre-ordre est donné une heure plus tard car les allemands ont été stoppés par le Régiment Didier. Le 5 octobre, le régiment est toujours dans la même situation mais ne subit pas la pression des troupes allemandes outre-mesure .

Le 6 octobre dans la soirée, le régiment réorganise son dispositif en concertation avec le 8e R.M.T. qui a beaucoup souffert des opérations des derniers jours. Cependant à 22h30, une fusillade a lieu entre des troupes d'une compagnie du 4e B.C. et des soldats allemands après que ces derniers aient tiré sur un soldat apportant des vivres à la compagnie. Cette escarmouche ne provoque aucune perte du côté français mais on voit bien que ce nouveau type de combat provoque des psychoses de la part des soldats soumis chaque instant à un stress intense5. Le lendemain, aucune action de force n'est entreprise et les soldats consolident les positions défensives.. Dans la nuit du 8 au 9 octobre, une patrouille du 4e Colonial tombe sur une patrouille ennemie qu'elle prend par surprise et lui inflige quelques morts, un lieutenant, un sous-officiers et un homme du rang, et probablement plusieurs blessés contre seulement 2 blessés de son côté. Dans l'après-midi du 9, un violent barrage d'artillerie secoue les positions du régiment mais n'est suivi d'aucune attaque et ne provoque que 7 soldats blessés tandis que le 12e B.S. est placé en réserve à Roye sur Matz.

Le même jour, pour remplacer les officiers mis hors de combat depuis le mois de septembre, on assiste aux premières nominations de sous-officiers au grade de sous-lieutenant. Cela concerne 3 sous-officiers du 12e B.S., 2 adjudants et un adjudant-chef, et 2 du 4e B.C., un sergent-major et un adjudant, par l'ordre général n°19 du général de la 25e D.I. Cela montre l'ampleur des pertes chez les officiers qui doivent être palliées par la promotion des sous-officiers, moins touchés par les combats. Cependant, aucune de ces journées ne se passe sans que des pertes soient à déplorer dans les rangs du régiment, on compte entre le 26 septembre et le 9 octobre un total de 4 tués, 49 blessés et 3 disparus.

         Le 11 octobre, dans l'après-midi (15h15), le colonel Larroque reçoit l'ordre général n°41 du colonel Savy, qui pense que l'armée allemande est en train de préparer sa retraite, d'attaquer avec tout le régiment le bois de Canny et poursuivre plus en avant vers l'Est avec pour objectif annexe de remettre en état toute position ennemie conquise afin de pouvoir contrer une contre-attaque potentielle. Le commandant du régiment prépare ses troupes et c'est le 8e Sénégalais qui est chargé de l'attaque initiale sur le bois de Canny avec les 4e Coloniaux et 12e Sénégalais qui suivent le mouvement. Le premier ne progresse que d'une centaine de mètres dans le petit bois avant d'être clouée au sol par un feu venue de la tranchée adverse. Le 4e B.C. intervient pour soutenir le bataillon en difficulté mais se retrouve  exactement dans la même situation dès que les soldats sortent de la tranchée. L'assaut ne reprend qu'après un retard dû à cette défense allemande agressive. Constatant la difficulté des deux compagnies, le commandant Mourin envoie en renfort sa réserve dont le capitaine est tué et l'avancée enrayée après seulement 200 m de progression. Le bataillon reprend le mouvement mais progresse très difficilement à cause des mitrailleuses installées dans la tranchée adverse qui est encore à 500m de distance.

A 18h, le 8e BS et le 4e BC n'a toujours pas atteint les lignes adverses mais commencent à consolider les nouvelles positions puisque le colonel Larroque compte reprendre l'offensive le lendemain à l'aube. Un quart d'heure plus tard, la fusillade cesse et l'attaque a définitivement échouée, les bataillons se replient sur les positions initiales du régiment en gardant des éléments de contact dans les positions conquises et en envoyant des patrouilles nocturnes.  Le bilan de cet échec se monte à 15 tués, 74 blessés et 1 disparu.

Larroque décide de ne pas retenter l'attaque le lendemain car le régiment est bien trop affaibli et épuisé. Dans le même temps, le premier contingent de renfort destiné au régiment arrive à Roye-sur-Matz constitué de 2 officiers, 15 sous-officiers, 61 tirailleurs et 171 européens. On note sans grand effort que ce contingent ne suffit pas à combler les pertes terribles du régiment. Cela a joué dans la décision du colonel Savy de ne pas retenter une attaque sur les lignes allemandes. Cet échec marque la fin des grandes opérations offensives pour le R.M.I.C. dans la région de l'Oise.


Dernière édition par VonGuderian le Ven 28 Fév 2014 - 10:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hildoceras
Moderatio in omnibus
avatar


MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Ven 28 Fév 2014 - 8:03

Citation :
Sous-officiers : 32 sous-officiers mis hors de combat dont 9 tués, 22 blessés et 1 disparu. On ne peut faire un calcul plus précis car les chiffres exacts du nombre de sous-officiers à effectif plein n'ont pas été communiqués. Par extrapolation on va prendre le nombre de 170 sous-officiers pour l'effectif complet du régiment, cela donne donc un taux de pertes de 19 %.
On est tôt, peu après la mobilisation, est-ce qu'il y a quelque part un régiment ou bataillon associé et en réserve chargé de la formation de nouveaux mobilisés ou de réservistes ? une partie des sous-officiers pourrait y être. Le taux de perte parmi ceux effectivement présent pourrait être plus important.


_________________
sed quis custodiat ipsos custodes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
VG

avatar

Age : 25
Localisation : En Frrrrance !

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Ven 28 Fév 2014 - 10:14

Hildoceras a écrit:
Citation :
Sous-officiers : 32 sous-officiers mis hors de combat dont 9 tués, 22 blessés et 1 disparu. On ne peut faire un calcul plus précis car les chiffres exacts du nombre de sous-officiers à effectif plein n'ont pas été communiqués. Par extrapolation on va prendre le nombre de 170 sous-officiers pour l'effectif complet du régiment, cela donne donc un taux de pertes de 19 %.
On est tôt, peu après la mobilisation, est-ce qu'il y a quelque part un régiment ou bataillon associé et en réserve chargé de la formation de nouveaux mobilisés ou de réservistes ? une partie des sous-officiers pourrait y être. Le taux de perte parmi ceux effectivement présent pourrait être plus important.

Hmmm, il n'existe pas étant donné que c'est en très grande partie une troupe professionnelle. Il ne faut pas oublier que pour le moment qu'il est encore composé de deux bataillons sénégalais qu'on peut assimiler à des troupes professionnelles et les renforts sont très probablement envoyés depuis le Maroc. Je vais remettre en forme le le corps de texte quand même. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hildoceras
Moderatio in omnibus
avatar


MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Ven 28 Fév 2014 - 10:48

study Lassigny n'a été reprise qu'en 1917

un article sur la géographie du coin et l'influence de la guerre : http://ruralia.revues.org/216#tocto2n1

_________________
sed quis custodiat ipsos custodes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
VG

avatar

Age : 25
Localisation : En Frrrrance !

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Ven 28 Fév 2014 - 11:07

Oui j'avais repéré cet article. D'ailleurs on voit que ça va encore un peu reculer durant les prochains mois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
boultan
Admin
avatar

Age : 42
Localisation : Paris/Montreuil

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Sam 1 Mar 2014 - 10:34

La meilleure preuve de l'absurdité de cette guerre, c'est qu'on s'est battu pour la Picardie...

_________________
boultan.wordpress.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://boultan.wordpress.com En ligne
babass




MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Lun 10 Mar 2014 - 9:33

Via ce site, vous pouvez retrouver l'acte de décès de votre aïeul mort au front en 14/18.

Seulement une de mes arriere-grand-meres est veuve de guerre... Et encore, ca lui a permis de se marier ensuite avec mon arriere-grand-pere. (Sans les boches, il n'y aurait pas eu de Babass donc...)
Je pense que je dois etre une exception pour un gamin dont toute la famille etait proche du front finalement...

edit:
j'imagine que les profs d'histoire (en France) pourront aimer ce lien pour leur leur cours (et interesser les jeunes a la Grande Guerre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://babass.canalblog.com
Oli le Belge

avatar

Age : 38
Localisation : Dans ce plat pays qui est le mien et qui lentement agonise

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 20 Mar 2014 - 6:42

Hier, deux ouvriers sont morts sur un chantier de construction près de Ypres après avoir percuté un obus de la 1ere guerre mondiale non explosé...

L'un était Turc, l'autre Bulgare...

Nos adversaires pendant la 1ere guerre donc...


http://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/1077325/les-2-tues-par-l-obus-a-ypres-ne-seront-pas-dedommages-comme-des-belges-

[étrangers, ils ne bénéficieront pas du fond belge d'indemnisation des victimes]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oli le Belge

avatar

Age : 38
Localisation : Dans ce plat pays qui est le mien et qui lentement agonise

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Mer 2 Avr 2014 - 13:37

http://www.operationwardiary.org/


Une initiative "amusante"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
viper37

avatar

Localisation : ici

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 17 Avr 2014 - 19:22

Vimy: la Bastille du Canada

Un article intéressant sur la relation du Québec et du Canada face à la 1ere GM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keyser Pacha

avatar

Age : 38
Localisation : Pleine tête !

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Jeu 1 Mai 2014 - 14:28

Un lien avec des photos parfois spectaculaires.

http://www.theatlantic.com/static/infocus/wwi/introduction/

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
viper37

avatar

Localisation : ici

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Lun 5 Mai 2014 - 14:49

Un documentaire sur TV5:
http://apocalypse.tv5.ca/premiere-guerre-mondiale/fr/home
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oli le Belge

avatar

Age : 38
Localisation : Dans ce plat pays qui est le mien et qui lentement agonise

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Lun 5 Mai 2014 - 15:23

En fait, j'ai revu le documentaire de JF Delassus "le bruit et la fureur" (avec la voix d'Alexandre Astier).


C'est mieux fait... on a au moins 50% des images qui sont les mêmes (et colorisées aussi) et c'était Annette Becker comme "consultante historique".


Quelle arnaque le couple Costelle-Clarck...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
viper37

avatar

Localisation : ici

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Lun 5 Mai 2014 - 15:32

Qu'est-ce qui est mieux fait, Apocalypse ou le documentaire de JF Delassus?  confused 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VG

avatar

Age : 25
Localisation : En Frrrrance !

MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   Lun 5 Mai 2014 - 16:13

viper37 a écrit:
Qu'est-ce qui est mieux fait, Apocalypse ou le documentaire de JF Delassus?  confused 

Le bruit et la fureur. Parce Apocalypse c'est une merde, y'a pas d'autre mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre   

Revenir en haut Aller en bas
 
1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 1914 - 2014 : le centenaire de la Grande Guerre
» Robert Fisk - La Grande Guerre pour la Civilisation
» La Grande Guerre
» Hors Série du Figaro sur La Grande Guerre
» La grande guerre du Nord en Blatique (ARTE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Université-
Sauter vers: