Accueil  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Epoisses, un aar qui fleure bon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
DrussDharan

avatar

Age : 29
Localisation : La Bourgogne et le vin rouge, genre Auxois.

MessageSujet: Epoisses, un aar qui fleure bon   Jeu 15 Mai 2008 - 17:21

Je le met donc ici aussi. Avec le nouvel épisode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DrussDharan

avatar

Age : 29
Localisation : La Bourgogne et le vin rouge, genre Auxois.

MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Jeu 15 Mai 2008 - 17:24

Epoisses, un aar qui fleure bon


Notre histoire commence à mi-chemin entre une cave et un marchand de fromage d'époisses.
Un père et son fils discutent de par quel lieu ils vont commencer. Par la fromagerie et son odeur incomparable, ou par la cave et son attrait étylique?
Ils tombent finalement d'accord. Le fils irait chercher le fromage pendant que le père razzierait la cave, à vin vous l'aurez compris.
Une fois rassemblé, nos deux compères purent commencer à faire bombance avec entrain. Pour commencer saucisson et asperges. Puis sanglier rôti et cerf farci aux cèpes, le boeuf et son omelette aux lards et pommes de terres. Ensuite le fromage d'époisses tant vanté et pour finir une bonne grosse religieuse de Beaune de 80cm pour chacun. Sans oublier les vins qui vont avec et le petit digestif pour clore le repas.
Après une telle orgie, nos deux compères ne peuvent plus bouger un orteil.
Pour une raison qui m'échappe encore, ils commencent à deviser sur la possibilité que la Bourgogne fût resté une puissance majeur en Europe sans digestion par ses voisins.
D'où le présent récit, qui commence au lendemain de la bataille d'Hastings, le 26 décembre 1066.

Plantons le décor. Un château en bois plutôt miteux avec un duc bouffi, paresseux et cruel pour dirigeant. Robert de Bourgogne, dite la teigne.(il gouverne aussi le charolais, mais ça fait loin pour pas grand chose de différent avec Dijon)


Le bougre a de la marmaille, trois fils et deux filles, et seul l'aîné est marié.
-MATUSIN!
-oui mon Seigneur-Duc?
-Trouves des épouses et des époux pour la ménagerie qui me sert de descendance. Débarrasses-toi des filles et trouves une chancelière et une intendante potable pour ma cour.

Le pauvre Matusin s'en alla prestement (il a quand même 33ans le gueux) en quête de célibataires. Il trouva une femme en Navarre et une en Vermandois. La deuxième fille du duc fût vite mariée, mais la première chipota sur son époux jusqu'à ce que Matusin l'assommes et la vende contre quelques pièces. (150 ducats, à moi les pépettes)

Le problème majeur restait que ses fils n'avaient pas de terres propres, et son prestige s'en ressentait. Pour pallier à cela , le titre du comte de Mâcon (un gosse en plus, j'vous en ficherai d'un vassal inutile) fût retiré. Evidemment le gamin, plutôt son tuteur, ne l'entendait pas de cette oreille et l'on sonna l'hallali. Le 11 mai 1067, l'affaire était dans le sac. Henri de Bourgogne reçu le titre de comte de Mâcon. (je joue rôle-play, ce duc est une vrai crasse)
Il restait les deux buses, Simon et Robert. Comment faire pour éviter une dispersion du fief? La chance sourit au duc, puisque Simon n'était pas content de ne pas être conseiller, dommage pour lui puisqu'il en résultat son bannissement. (hop, un de moins :D )
Le 28 juin, petit accrochage avec Guillaume de Nevers lors d'un tournoi. Sans conséquence.

Rien ne se passe à part les construction d'exploitations forestières en Dijon et dans le Charolais.
Le 2 octobre, Hugues de Chalons rend son fief après un petit coup de pousse, (d'épée dans les omoplates plutôt Twisted Evil ) et le 12 du même moi la province prospérait sous notre égide.


La construction de bâtiments bas son plein, lorsque le 13 mars 1070, le comté de Thouars entraîne les royaumes de France et d'Allemagne dans une lutte contre le roi normand. Bien évidemment, le duc n'accorda pas ses troupes à son suzerain. (c'est pas lui qui paye l'entretien non plus, ils sont au bas mots 10000!)


Alors que les batailles s'enchainaient avec fureur, le 17 mai 1071 les Sept Arts Libéraux étaient découverts à Dijon.
Le 23 mars notre bon duc profita belle église bourgeoise du Charolais pour improviser une barbecue partie avec le berger et ses ouailles comme plats principales. :D
11 janvier 1073, partout les lices et les postes ont fleurie et bientôt pousseront gaiement les cour de justice. (et qui va se faire taxer au maximum?) Ces constructions permettraient dans l'avenir d'imposer plus durement nobles et bourgeois. Le duc en profitait pour se lier d'amitié avec Guillaume comte d'Auxerre son vassal.
18 janvier 1073, Robert la teigne remarque que son héritier indirect (le fils de son fils) est une grosse buse, pire que ses deux autres fils. Ni une ni deux, le valeureux Hugues de Bourgogne fait une chute "malencontreuse" dans les escaliers de son fief. Cette chute lui sera mortelle.



Le 10 octobre 1073, Robert confie enfin ses troupes à son suzerain. Cette aide sera déterminante puisqu'elle permettra à Philippe Capet de remporter la victoire et de maintenir son emprise sur Avranche et de prendre Bedford le 22 septembre 1074. Durant ce laps de temps, la prospérité des villes et hameaux de Dijon rendait prospère la province le 11 janvier 1074 alors que la femme du duc déclarait une guerre ouverte à son époux. (m'en fout il va bientôt passer l'arme à gauche)

3 juillet 1075 le pape appelle aux croisades pour reprendre Alexandria. On se bouscule pas trop pour partir à l'aventure. Robert le premier. La gentillesse intrinsèque du duc n'empêche pas l'apparition de brigands dans le Charolais.

4 septembre 1075, Philippe Capet revendique le titre de comte d'Eu détenue par le roi anglais. La guerre s'en suit le 19 septembre 1076.

(toute ces dates m'exaspèrent Twisted Evil)

Alors que le conflit embrase de nouveau la Normandie, le duc Robert de Bourgogne décède le 15 avril 1076 à 66 ans. (pas trop tôt je commençai à me lasser d'être une peau de vache)

Son fils Henri le chaste lui succède. (il va pas durer il a déjà 41 ans)


Dernière édition par DrussDharan le Ven 16 Mai 2008 - 12:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DrussDharan

avatar

Age : 29
Localisation : La Bourgogne et le vin rouge, genre Auxois.

MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Jeu 15 Mai 2008 - 17:25

Vindiou garçon. Pas folichon ton bougre de duc. Fait pas honneur à not'bô pays lô. Va falloir met'du plomb dans la caboche du nouveau, sinon ça va partir en quenouille. J'te l'di garçon.

Henri à l'âge de 41ans succède à son teigneux de père. Mais quelle politique va-t-il mener? Quel gouvernant sera-t-il? Le calme après la tempête? Son profil n'aide pas à se décider.



En septembre 1079, alors qu'il ne s'est rien passé d'intéressant à part une augmentation de la prospérité. Un incident avec un page met à jour le caractère hostile d'Henri. (je le sens mal tout à coup)
19 janvier 1080, Alexandria est prise par le roi de Léon, la croisade est finie. Le 7 septembre, les voleurs en Charolais sont arrêtés et pendus.
Le 6 mai 1081, le Pape appelle à la libération de Jérusalem et personne ne réagira. Alors que le pays prospère et que routes et tuileries sont peu à peu installées, le 15 octobre le royaume de ces chiens de sarrasins fatimides nous attaque alors qu'il célèbrent leurs rituels innommables dans Jérusalem.
Les coffres ducaux sont alors plein de près de 2000 ducats. La guerre va les vider et engranger une dette colossale.
Mais d'abord Henri prend la tête de ses troupes, attaque les Baléares et les conquiert. Puis il embarque pour la terre sainte, Acre et Jaffa. Ses troupes ne trouveront aucune réelle résistance et prendront également Hebron, Tiberias, Amman et Jérusalem la sainte.
Après six années de guerre, le sultan fatimide cèdera Acre, Jérusalem, Tiberias, Jaffa et Hebron. La victoire est totale.
Hélas, financé l'expédition a coûté cher, de nombreux bâtiments ont été vendu et le trésor accusera un déficit de près de 1500 ducats avant de baisser jusqu'à 1000 ducats à la fin des hostilités.
Jaffa et Hebron devienne des vassaux et Jérusalem un évêché. Hélas, les templiers organisent un coup d'état à Jaffa et une royauté s'installe à Jérusalem.
Nous maintenons notre présence grâce à Acre et Tiberias et indirectement par Hebron.
En janvier 1090, les nobles de Tiberias appellent à la révolte et sont exterminés par les forces ducales, la province se trouve christianisée bien que instable.
Le 2 juin 1091, alors que le trésor est dans le positif et que les bâtiments sont reconstruits, Henri tente de faire assassiner l'épouse de son héritier mais échoue. Le 1 août changement de tactique, ces Eudes de Bourgogne l'héritier actuel, qui est assassiner avec succès. Alors que de grands espoirs reposaient sur lui, il était devenu complètement fou. Ses terres revinrent à Henri puisque Eudes n'avait pas de fils.
Avril et mai 1092 les templiers sont vaincus et nous récupérons Jaffa, tout en convertissant Acre lors d'une tentative avortée révolte de bourgeois. La province va mettre près de 25 ans à se stabiliser malgré l'absence de révolte réelle.
En juin 1094, Henri est grièvement blessé à deux reprises en matant la rébellion à Acre. Le 27 juillet sa tentative d'assassiner le premier fils de Renaud son héritier échoue, mais le 3 septembre jackpot il glisse du haut des remparts de Mâcon par temps sec. Malheureusement, les assassins ducaux seront découverts leurs des deux attaques. (une nullité de moins Twisted Evil )
Avril 1095 le comte de Vendôme, vassal et ami du duc, lui propose de le rejoindre dans sa foi hérétique. L'amitié est rompue et Henri développent encore plus son fanatisme en massacrant lui-même les contrebandiers de Tiberias.
Le 14 janvier 1096, Henri de Bourgogne s'éteint à 61ans, il aura été le digne fils de son père. Renaud de Bourgogne lui succède et il va être le pire des trois ducs.
Si vous avez trouvé les deux premiers plutôt mauvais parents, le troisième va vous faire hurler.



Dernière édition par DrussDharan le Ven 16 Mai 2008 - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DrussDharan

avatar

Age : 29
Localisation : La Bourgogne et le vin rouge, genre Auxois.

MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Jeu 15 Mai 2008 - 17:25

-Robert de Bourgogne? Crénom quel zozio! Tout jeune il tuait déjà son père qu'avait zigouiller son petit fils,essayer de tuer la femme de son deuxième fils pour finalement tuer le fils barge à la place de la femme pas foutue de pondre un garçon vivant. Vu que le premier fils du duc, la père du nouveau s'était fait décrocher la caboche par le grand père, le père du père du nouveau duc, ça faisait un sacré bagage psychologique pour le ptio duc tout neuf. Comment ça je suis pas clair? Zaviez qu'à suivre aussi. :D

Robert de Bourgogne succède ainsi à Henri de Bourgogne le 16 janvier 1096 alors qu'il a encore son épée enfoncée dans les entrailles de son père dans le cadre du grand banquet familial. (grand c'est vite dit avec le taux de mortalité dans la famille)

Personne n'ayant pût approcher Robert de Bourgogne dit l'Ogre de son vivant, nous ne connaissons son caractère que lors de sa mort.



Alors que son règne commence, son prestige (-6) misérable lui coûte sa revendication sur le titre de Reims.
Mars 1097, il "pacifie" Jaffa et converti ses habitants. Il restera jusqu'en octobre 1098 pour traquer les brigands et contrebandiers.
5 février 1099, il décide de faire assassiner la femme de son premier fils mais l'attentat rate et les assassins sont pris. Le 7 avril, une nouvelle tentative réussie bien qu'à nouveau les assassins soient pris.
Un an et 7 jours après la mort de sa femme, Spythinev de Bourgogne, héritier de Robert, échappe à un attentat et découvre que son père en est responsable. Il n'aura pas le temps de monté une riposte efficace puisqu'il est étripé par d'autres assassins ducaux le 3 juin 1100.
Le 5 juillet, Vratislav de Bourgogne échappe à un forcené sans découvrir que son père à commandité l'assassinat. Le 3 septembre il est retrouvé mort, le nom de son père tracé avec du sang sur le torse.

Satisfait du nettoyage de sa lignée, Robert de Bourgogne (-300 en prestige, -274 en piété), revendique le comté de Reims le 24 février 1101 en vue de prendre sa revanche sur l'évêque, ennemi héréditaire des Bourgogne. C'est à cette occasion que son côté hostile s'affirme. (il a tué deux de ses fils et une de ses brus mais il était pas hostile Rolling Eyes )
Sous la pression, en mars 1102, il tente de faire amende honorable devant le cardinal des Gaule sans succès, bien qu'il devienne un fanatique consommé. (10% de chance de perdre parricide mais apparemment il avait pas mérité le pardon :D)

Mai 1105, Hebron a été converti par la force, les caisses sont vides et même percé, les courtisans fuient en masse la cour, la duchesse trompe son mari, les courtisans s'entretuent, les maladies se répandent, mais le duc reste invincible sur son trône puisqu'il réussie l'exploit de devenir l'ami du duc de Champagne. Il refusera même le placement d'un évêque à sa cour. La Pape ne relèvera pas de peur de découvrir une dague dans son dot un beau matin.

En mai 1106, il organise une intrigue contre son suzerain mais elle n'aboutit pas. Il récompensera gracieusement son maître espion en septembre malgré son dernier échec.
En juin 1107 une tentative d'assassinat échoue, il n'est même pas blessé. Par contre, il a tué ses assaillants à mains nues jusqu'au dernier.

Début 1109, la guerre éclate entre Léon de Bourgogne, héritier de Robert, et son père. Les combats sont sanglants et le 4 avril, Robert l'Ogre est tué sur le champ de bataille. Il se faisait un collier avec les tripes de ses adversaires mort lorsque que des roturiers le renversèrent et lui tranchèrent la gorge.

Léon prend sa succession et par la-même devient duc de Bourgogne et de Jérusalem, Comte de Dijon, Charolais, Chalons, Auxerre, Tiberias, Acre, Jaffa et Hebron. Auxquels s'ajoutent ses titres de comte de Nevers, Macon et Savoie. Il reçoie également des revendiations sur le comté de Reims, de Vendôme et de Mallorca (Balléares).


Dernière édition par DrussDharan le Ven 16 Mai 2008 - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DrussDharan

avatar

Age : 29
Localisation : La Bourgogne et le vin rouge, genre Auxois.

MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Jeu 15 Mai 2008 - 17:27

-Ah mon gars! Léon de Bourgogne ça s'était un grand. Après nos déboires avec ses ascendants on s'attendait au pire, mais Dieu est venu à notre aide. Léon de Bourgogne ça s'était un grand. :)

Léon de Bourgogne récupère ainsi un pays quelque peu malmené par ses ancêtres quoique puissant et autonome. Il n'aura de cesse d'assoir et de maintenir la Bourgogne au plus haut niveau.
On se rappelle de lui comme Léon le Magnifique.



Il prend en main un royaume en guerre avec la France. Les combats seront rudes mais finalement, fin 1110, la paix sera signée. Le duché est endetté et plusieurs bâtiments seront vendus pour rembourser les emprunts. La fin de la guerre verra la stabilité remonté en nos terres.
Hélas, le couple ducal n'est pas heureux et chacun va voir ailleurs. Le duc aura deux bâtards qui périront de maladie en 1116 et la duchesse restera sous observation constante. On bannira plusieurs de ses amants.
Finalement elle sera retrouvée morte dans son lit le 1 janvier 1112. (bon débarras Twisted Evil )

1112 verra le retour des troubles dans nos fiefs en Terre Sainte. Avec les révoltes de Tiberias. Elle ne sera matée quand septembre 1120 après 3 révoltes supplémentaires.

1114 sera l'année du conflit contre le sultan de Tripoli. Il n'apporta que des pertes monétaires et se solda par un arrêt des combats miraculeux grâce au Pape.

En octobre 1120 Jaffa prend le même chemin que Tiberias et se révolte. (calme, calme, calme, non tu ne peux pas exterminer les habitants ils sont catholiques)
Mais octobre verra aussi la victoire sur le comté de Genève qui sera annexé et donné en apanage à notre héritier comte de Mâcon.

Malheureusement, le comte de Valois nous attaque et entraîne son puissant seigneur, le roi de Navarre, contre nous. (Léon, Castille, Navarre, Toulouse, Barcelone et quelques autres Sad)
Cette guerre nous coûtera très peu, puisque nos armées furent mobilisées puis démobilisées dans une stratégie de simple défense. Evidemment le comté de Valois fût vassalisé en chemin. Le 22 septembre 1122, Léon de Bourgogne verse 1114 deniers pour obtenir la paix.
Un mois plus tard, Hebron se soulève. (Mad)

1123 voit la naissance de soupçons sur la fidélité de la duchesse, la deuxième épouse. Les barons augmentent leur importance en apportant leur aide pour la stabilisation du royaume. (-40 en prestige)

1124 est un véritable désastre. Tripoli nous attaques et nos troupes de Terre Sainte sont débordées, nous envoyons les troupes d'Europe mais le coût est exorbitant (2000 deniers pour 10000 soldats Sad)
La guerre ne durera que 5 mois et nous réussiront à prendre Tyrus aux sarrazins.

Cependant l'état est ruiné avec 4000 deniers de déficit.(6 ans de remboursement) Nos bâtiments sont vendus les un après les autres, des meurtres ont lieu à la cour sans qu'il soit possible de trouver des coupables. Cependant, malgré toutes ces difficultés et son mariage qui bat de l'aile, Léon de Bourgogne guérit de son stresse qu'il trainait depuis son enfance.

Les usuriers installés dans nos provinces proposent leurs services en septembre 1125 et contribuent fortement au renouveau des caisses.


Le duc échappera à l'accusation d'hérésie grâce à ses luttes contre les musulmans.
En 1126, le duc sacrifie de son prestige et demande une forte contribution aux états généraux. Cet apport de liquidité permet de lancer la reconstruction.
A partir de cette année les relations maritales entre le duc et sa femme ressemblent à des collines successives, avec un coup je t'aime, un coup je ne t'aime pas.

En mai 1128 le royaume d'Allemagne, de Bourgogne et d'Italie s'écroule. Le titre de roi d'Allemagne est récupéré par le roi de Hongrie. Il ne reste plus que Saluces aux roi de Bourgogne et d'Italie. Cependant il est excommunié, hérétique et complètement déficitaire en prestige.
Léon saute sur l'occasion et s'accapare les titres de roi de Bourgogne, duc de Savoie et comte de Saluces pour une bouché de pain. Le 23 juin la messe et dite et Léon devient roi de Bourgogne. (MOUHAHAHA)



En février 1129 s'ajoutera le duché de Dauphiné vassalisé de force après l'annexion de Lyon. Le comté Lyon sera confié à la duchesse du Dauphiné pour assoir de bonnes relations avec la couronne. En mai, Léon met un frein aux meurtres à sa cour en bannissant la suspecte.
Janvier 1130, les barons proposent de nouveau leur aide pour stabiliser le royaume.
Fin 1131, Léon de Bourgogne fait montre de gentillesse et pardonne au futur comte de Penthièvre d'être le fils de son père. Le peuple découvre ainsi son aspect aimable après ses talents de conquérant. Un jour plus tard, il organise le procès de son intendante accusée de pratiquer la magie noire. Elle sera reconnue coupable et brûlée vive en place publique.

En janvier 1134, l'appétit du roi est éveiller par le riche duché autonome de Provence. Léon réclame le Venaissin mais le duc de Provence refuse. S'ensuit une vaste offensive de l'armée bourguignonne. Dès juin la victoire est totale. Le duc de Provence rend hommage et cède le Venaissin. Cet hommage apporte les comtés de Provence, Viviers, Dauphiné Viennois et Forcalquier.
En octobre l'hérésie se répand dans Acre suite au refus de la confier aux chevaliers de Saint Jean.

Octobre 1136. Alors que le duc du Dauphiné est en rébellion contre le roi, Tyrus se révolte et le Venaissin reçoit l'aide royale pour éviter la famine. C'est également cette année que les ducs de Galloway et de Milan nous attaquent et entraine leurs suzerains d'Ecosse et de Pologne contre nous.(comment ont-ils fais pour me déclarer la guerre sans revendications confused)

C'est ainsi que le 5 septembre 1137 Léon le Magnifique, roi de Bourgogne, défenseur du royaume de Dieu et main du Pape, périt au combat face aux milanais. Alors qu'il avait reçu le soutien de l'église en janvier pour finaliser la stabilisation du royaume et qu'il avait obtenu la paix avec l'Ecosse grâce à une somme substantielle. (1000 deniers Sad)
Il laisse un royaume sur le fil du rasoir, embourbé dans un double conflit qu'il n'a pas les moyens de remporter. Surtout que l'héritier du trône n'a que 12 ans. En effet le premier fils du roi vient de mourir de maladie et n'a eu que ce fils Guy de Bourgogne.
Comment le royaume va-t-il pouvoir mener le combat contre la puissante Pologne sans roi pour le mener?

Feu Léon de Bourgogne
Aimé du peuple et coeur des justes
Jamais il n'oublia d'aider son prochain
Jamais il ne laissa un parjure survivre à son forfait
Jamais il ne se détourna de Dieu




Dernière édition par DrussDharan le Ven 16 Mai 2008 - 12:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DrussDharan

avatar

Age : 29
Localisation : La Bourgogne et le vin rouge, genre Auxois.

MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Jeu 15 Mai 2008 - 17:28

Un début de règne difficile pour un un homme qui marqua l'Histoire.

Le 5 septembre 1137, le jeune Guy de Bourgogne monte sur le trône à l'âge de 12 ans. En effet son père est mort 4 ans plus tôt et ne lui laisse pour famille qu'une jeune soeur.



Sa jeunesse fait que le 6 novembre il accepte d'instaurer le contrat féodal à la demande d'un de ses vassaux. Il organise même une grande fête à Dijon pour fêter l'événement.
En 1140 il refuse d'en appelé aux états généraux pour augmenter son trésor. Il a toute confiance en la richesse de ses terres et ne voit pas d'intérêt à ponctionner ses vassaux et gens au risque de troubler le royaume encore jeune.
Le 15 juin, alors qu'il n'est pas encore pleinement instaurer dans son statut de Roi de Bourgogne, Guy prend la Croix et se lance à l'attaque de Tunis, alors que la guerre contre le puissant duché de Gascogne fait rage.
Le 21 mars 1143, après de rudes combats, la paix est signer avec le sultan de Ziride qui nous cède Tunis. Le duché de Gascogne de Cagliari et de Sardaigne a été contraint de nous rendre hommage.

En 1144, le duc de Provence se rebelle et va mettre notre trésorerie dans l'embarras, nous contraignant à emprunter aux usuriers heureusement sans conséquence fâcheuse. Il sera vaincu et privé de ses terres en représailles, certaines seront redistribuées.
En 1146, nous devons reprendre Tunis aux sarrazins. La campagne n'est qu'une formalité.
Janvier 1147, Guy tombe malade et inquiète la cour car il n'a aucun héritier. En novembre un terrible fléau apparaît en nos terres. La Peste Bubonique est en Provence.


Alors que l'on croît qu'elle va rester confiné en Provence, le 13 mars 1148 le Dauphiné Viennois est touché. Commence alors une lente et implacable marche vers le nord de la maladie. Les morts se compterons par dizaines de milliers, plongeant l'Europe dans l'horreur. En janvier 1149 la peste atteind la cour royale à Chalons.
En pleine peste, notre maître espion propose d'assassiner un des rivaux de Guy mais il refuse.
Alors que la peste frappe durement la cour du roi, la peste prend fin en Provence le 21 février 1150. C'est le début du renouveau et l'apaisement de la colère de Dieu. En novembre, Guy découvre que sa femme est volage et exile le jeune parvenu.
Le 19 avril 1152, Jean fils unique et héritier de Guy est atteint par la peste. Le 28 juin il meurt dans d'horribles souffrances.
Le 16 janvier 1155, Guy fait assassiner sa femme mais n'est pas découvert. Il doit absolument avoir un fils légitime pour lui succéder.

En parallèle de ses terribles événements de peste, Guy entre en guerre avec l'Ecosse, guerre qui va durer jusqu'au 11 avril 1162 où Ailill roi d'Ecosse nous céda Carcassonne, Poitiers et l'Ile de France.
Le 5 août Guy obtient une revendication du titre de roi de France. Il n'hésite pas une seule seconde et lève son ost contre son rival. On apprend vite que cette guerre est due à une rancune entre les deux souverains.
Début 1164, la victoire est notre. Hélas la réputation de Guy en pâtit grandement. De nombreuses révoltes de féodaux devront être matées et cela sans leur prendre de fief.
Le roi met alors en place un protocole de paix systématique. Il écrase le rebelle, reconnait ses titres et le vassalise. Son prestige en souffre quelque peu, mais sa réputation va baisser progressivement, aidé en cela par sa grande piété et sa réussite aux croisades.

En avril 1166, le roi est guérit de sa longue maladie.
Mars 1167, Guy refuse de lancer la croisade pour Jérusalem. En effet il est la main du Pape depuis quelques années déjà. Les indulgences papales aideront efficacement le trésor.

En avril 1169, devant l'absence d'héritier mal, Guy assassine sa femme qu'il a retrouvé folle et pestiféré à son retour à Chalons. Le 15 mais, sa nouvelle épouse Estefania de Compostelle tombe enceinte.
Peu de temps après, une guerre éclair contre le roi d'Angleterre nous apporte Avranches le 1 janvier 1170.
Estefania va enchainé les couches les une après les autres, donnant naissance à de nombreux enfants dont des fils.
Hélas, la première fille de Guy a donné naissance à des garçons qui ont préséance sur Raymond, premier fils d'Estefania et futur roi.
Le 2 août 1171, les deux fils de Thury seront retrouvés morts.

Février 1172, Guy refuse une nouvelle fois de partir à la conquête de Jérusalem. Mais le 30 décembre, alors que les réjouissances de noël s'éternise à la cour, Guy annonce qu'Alexandrie doit être libéra de l'emprise des musulmans. La croisade est lancée et sera promptement menée à bien.

Pendant de nombreuses années, Guy va partir au secours de son puissant allié le roi de Hongrie et d'Allemagne contre ses vassaux récalcitrants. Certains offriront des sommes pharamineuses pour obtenir la paix de Guy. Citons Miezsko comte de Moravie en 1176 qui paiera 12 499 florins pour la paix.

Estefania n'est cependant pas une épouse fidèle et le maître espion le découvre en janvier 1177. Il informe Guy que Raoul, son troisième fils, n'est probablement pas le sien. Guy refuse de le croire pour ne pas entacher son prestige. Cependant les jours d'Estefania sont comptés. Le 12 mars Aliénor, la soeur de Guy, assassine Estefania et quitte la cour. On murmure encore aujourd'hui que c'est Guy lui-même qui aurait demandé à sa soeur de tuer sa femme. Cette théorie est soutenue par le fait qu'Aliénor vivra dans le luxe du palais ducal de Dijon jusqu'à sa mort.

Durant la huitième décennie du XIèmé siècle, la guerre va faire rage entre le royaume de Navarre, de Léon et d'Arragon et le royaume de Bourgogne et de France, pour le contrôle de Valais, petit comté de Suisse.
La lutte sera sans merci et causera de grands massacres pour finir par la victoire de Guy et l'obtention de Valais. (Navarre avait beaucoup de territoires et je n'ai pas voulue lever les armées de mes vassaux pour combattre)

En 1185, Guy refuse l'envoie de soldats catholiques pour libérer Antioche alors qu'il sort juste de sa guerre contre Navarre.

16 avril 1190, un nouvel héritier de Thury est assassiné pour imposer la prépondérance de la maison de Bourgogne sur le trône de Bourgogne et de France.

Le 13 mai 1195, Guy meurt de vieillesse à 70 ans. Il aura finalement eu près d'une vingtaine d'enfants dont cinq fils vivants de ses deux dernières épouses, Estefania et Iltetiu. Il lègue son royaume à Raymond de Bourgogne. Un royaume sans pareils. Immense et puissant. Un royaume qui a triplé de taille durant sont règne, bien que le grand duché de Milan est fait sécession juste à la fin du règne.
Bien que sa piété soit immense, Guy ne sera pas béatifié à cause du sang des Thury qui souille ses mains.

(J'ai souffert avec lui, que de guerres difficiles)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mosquito




MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Ven 16 Mai 2008 - 16:52

Sympa, notre premier AAR :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filamp

avatar

Localisation : Vous êtes ici.

MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Dim 18 Mai 2008 - 11:48

AAR fort intéressant, mais qui manque de screen, surtout pour voir la taille du royaume.
Mais bonne continuation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lowman-slyric.over-blog.com/
DrussDharan

avatar

Age : 29
Localisation : La Bourgogne et le vin rouge, genre Auxois.

MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Dim 18 Mai 2008 - 12:56

La taille est secrète. J'avoue avoir la flemme de me taper la taille pour que les screens du royaume ne soient pas trop gros.
Alors ça attendra le prochain épisode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DrussDharan

avatar

Age : 29
Localisation : La Bourgogne et le vin rouge, genre Auxois.

MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Sam 24 Mai 2008 - 0:36

Nous sommes le 14 mars 1238 et Raymond de Bourgogne vient de mourir. C'est peut-être le plus grand roi de Bourgogne qui vient de disparaître à 68ans. Aucun souverain étranger n'a pu le vaincre, chrétien ou musulman. Sa grandeur a attiré les hommages de toute la chrétienté et bien que sur la fin, les relations avec les vassaux de France et de Bourgogne furent souvent sanglantes, son règne reste un monument à la gloire des Bourgognes.

Mais commençons par les débuts de se règne magnifique. Mai 1195. Raymond à 25ans lorsqu'il monte sur le trône. Comme tous les Bourgognes depuis plusieurs années, ces épouses successives ne lui ont pas donné de fils. C'est pourquoi le 22 mai 1195, Emma de Poissy, sa troisième épouse, se noie mystérieusement dans la fontaine du palais.

Comme ces prédécesseurs, Raymond aident le petit peuple lorsqu'arrivent des temps difficiles.



Pardonnez moi. J'avais oublié que vous ne l'aviez jamais rencontré. Attendez un instant je dois avoir un portrait quelque part... HA. Le voici.



Juin 1196 fût un mois néfaste. Il marqua la première maladie que contracta notre bon souverain. Mais dès novembre, un faiseur de miracle envoyé par Dieu guérissait notre vaillant sire.

Alors que Raymond avait décidé de signer une paix blanche avec le Milanais, que Forez récupérait du pillage de ses barbares d'italiens, l'année 1197 se clôturait par la mort en couche de la nouvelle épouse du roi et de son enfant.



Le lendemain, alors qu'il faisait exécuter un prédicateur hérétique dans le Dauphiné Viennois, Raymond est touché par la grâce de Dieu et décide de partir en croisade pour oublier sa belle disparue. Grenade doit être reprise aux infidèles.
Cependant l'entreprise présente moults risques et le roi n'a point de descendance. Faisant fit des conseils, Raymond embarque avec tous l'ost du domaine royal. Hélas, cette expédition provoque un stress qui ne le quittera jamais.



Las le départ de l'ost s'accompagne de la mobilisation du ban et de l'arrière ban et dès la fin de 1198, les provinces connaissent la pauvreté et la disette.
Début 1199, le caractère hostile du roi disparaît à l'occasion d'une rencontre avec l'héritier d'un de ses rivaux. Il devient même aimable.

Alors qu'il écrase les troupes Almoravides en Ibérie, Raymond entend dire que sa femme lui serait infidèle. Bien loin de le crier sur tous les toits, il charge son maître espion de garder un oeil sur cette créature et de préparer le terrain pour un éventuel accident mortel. Ce n'est que sa 5ème femme, Raymond n'est plus à un re-mariage près.

Justement, alors qu'il revient de ses nouvelles terres de Grenade qu'il a confié à un homme de confiance, Raymond apprends qu'Eschna Cameron a eu un malheureux malaise du haut de la tour nord du beffroi et ainsi chût mortellement des remparts.

Les années passent et Raymond refuse d'emmener l'ost jusqu'à Jérusalem ou Antioche pour les voir périr sous les coups des sarrazins. En 1204, il fait assassiner l'amant de sa femme. Et en 1205 il lui jette à la figure qu'il ne se privera pas des jeunes paysannes juste pour ses hanches.

Février 1206 Raymond offre les indulgences papales aux pauvres. Décembre 1206, il fait assassiner Ailleann Barclay sa 5ème épouse sans se prendre. Il faut savoir que durant tout son règne, sa jeune soeur sera son maître espion et ne manquera jamais à sa mission envers lui en se faisant prendre. (20 en intrigue la cocotte, un vrai bonheur)

Son nouveau mariage porte ses fruits avec la naissance de son premier fils en 1207.



Le 29 juin 1209 naît Richard. Futur duc d'Alsace et futur héritier du royaume.

Mais le royaume n'est pas calme et en juin 1215, la révolte s'étend jusqu'à la capitale Chalons. Ces révoltes mettront des décennies à se calmer. Elles se raviveront au gré des guerres pendant l'absence des troupes.

A l'automne 1215 et jusqu'à février 1216, Raymond mène une guerre éclaire contre Navarre et récupère Yperen, tout en asseyant sa possession d'Eu et de l'Ile de France.
Alors que les troupes viennent d'obtenir la victoire sur Navarre, la Savoie et l'Aquitaine entraîne le Royaume contre l'Ecosse.
En septembre, la guerre prend fin sur notre victoire. Eochaid d'Ecosse nous reconnait souveraineté sur Metz, Chartres, Akershus, Oppland, Bergenshus et Viken. Hormis Metz ces titres vont au Duc de Savoie qui a provoqué la guerre pour les obtenir.

Une guerre s'achève une autre commence. 13 jours après l'armistice et la défaite écossaise, les almoravides attaquent le duché de Grenade. Le 29 décembre 1217, le duché retrouve ses frontières plus de nouveaux territoires En Murcie Valence. Le duc de Bragance obtient Faro.
Hélas, toutes ces conquêtes entachent terriblement la réputation de Raymond, qui est devenu la bête noire de la chrétienté. Ce qui n'empêche pas le nouveau pape de le choisir comme conseiller le 9 ars 1218 comme son prédécesseur.
Pour faire bonne figure, Raymond va abandonné ses prétentions sur des titres de ses vassaux. Malheureusement cette mauvaise réputation entraîne une baisse de la stabilité du royaume et une bande de criminels investie Forez. Ils survivront près de 10 ans. La révolte secoue de nouveau Chalons août 1218.

En 1219, la trop grande taille du domaine royal provoque une chute de la stabilité. Nous ne savons pas encore gérer un aussi grand territoire efficacement sans le confier à un vassal.
En 1220, alors qu'il a recouvré une bonne partie de sa réputation en mâtant des vassaux récalcitrants sans leur prendre leurs terres, Raymond apprend que le duc de Grenade est entré en guerre avec les almoravides. Fatigué de partir en croisade contre ces chiens de sarrazins, Raymond refuse d'aider son vassal. Se sera à son héritier de reprendre l'Ibérie aux infidèles mahométans.

Avril 1222 voit Raymond frappé d'une drôle de lubie. Il passe au crible les titres qui lui reviennent de droits mais qui sont illégitimement possédés par des souverains étrangers. Il décide alors de revendiquer les titres de duc de Champagne, de Västergotland, d'Akershus et du Luxembourg. Cette année voit le domaine royal se remettre et prospérer avec une forte croissance des villes et des avancées agricoles importantes.

Le 10 mars 1223, Cobtach d'Irlande refuse de s'allier. Son royaume le regrettera amèrement. En août Raymond finance des artistes pour clamer haut et fort que le royaume est si prospère qu'il peut jeter autant d'argent pas les meurtrières qu'il le souhaite.
Il faut savoir que sous son règne et celui de son père, palais et académies militaires ont fleuries dans tous le domaine royal. La puissance des Bourgognes s'affirme sans complexe.
A 54 ans, Raymond refuse de voir sa relation avec son épouse se dégrader et s'obstine à maintenir son couple. Il a déjà trop de sang féminin sur les mains.

1225, alors que l'Archevêché de Pologne s'effondre face à Navarre et provoquera la fusion des deux royaumes sous la coupe navarraise., Raymond attaque le duché d'Alsace pour le confier à Richard son seul héritier légitime. S'est chose faite le 21 janvier 1126. L'Alsace devient bourguignonne et Richard en prend la tête.

Cet évènement se fête en avril 1226 au palais royal de Chalons fraichement terminé.



En août 1229 Raymond est à nouveau soigné par un rebouteux.

Au lendemain de Noël de l'an 1230, Raymond fait excommunié Magnus d'Ecosse l'hérétique. Le 12 janvier 1231, la guerre commence pour l'obtention du Maine et du Vestfold, pour les titres de duc de Champagne, d'Akershus et de Västergotland. Mais surtout pour que Raymond obtienne la couronne qui lui revient de part sa prépondérance en quantité de vassaux sur le titre de Roi de Norvège.

Le 12 octobre 1232, la victoire est Bourguignonne et Raymond devient roi de Norvège.

Le 5 avril 1233, notre vassal de Bragance nous entraîne à combattre le roi d'Allemagne. Le 25 s'est le duc de Bretagne qui attaque l'Irlande. Alors qu'il a refusé l'appel aux états généraux par deux fois, la stabilité ne remonte pas à contrario de son prestige. (25% de +1 en stab deux fois et rien par contre +555 en prestige deux fois)

La pays est signé avec le roi d'Allemagne en décembre. Il conserve les titres de Firenz, Brescia et Tunis mais cède sur Besançon. Cette paix désavantageuse, une première sous Raymond, est due aux révoltes des grands vassaux de Provence et de Flandre. Ces différents conflits auraient pu être mener de front même temps, mais Raymond reste dans la lignée de ses ancêtres dans son refus d'en appeler à ses vassaux pour régler ses problèmes de souveraineté.

Pendant ces entrefaits, le roi d'Irlande à annexer le duché de Bretagne et contrôle ainsi Leon et Cornouailles. Raymond lui a envoyé deux offres de statu quo avant d'apprendre l'invasion de son territoire. Le roi d'Irlande, dans se folie, refuse ces paix. En quelques mois, il se retrouve avec un territoire sous contrôle bourguignon et doit rendre les terres confisquées. Le Leon et la Cornouailles resteront dans le domaine royal et le comte de Vannes devient duc de Bretagne.

Novembre 1236, s'est le duc de Suisse qui se révolte. Il sera bien évidemment écrasé. (même pas 3000 hommes et ça se révolte, quel crétin)

Et s'est le 14 mars 1238 que Raymond s'éteint dans sa tente de commandement alors qu'il met au pas le duc de Savoie, qui a eu l'indicible bêtise d'attaquer le roi de Navarre allié de Raymond.
C'est à Richard de s'occuper à lui apprendre à rester à sa place.


Dernière édition par DrussDharan le Sam 24 Mai 2008 - 1:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DrussDharan

avatar

Age : 29
Localisation : La Bourgogne et le vin rouge, genre Auxois.

MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Sam 24 Mai 2008 - 1:03

Et pour satisfaire les petits curieux, le royaume de Bourgogne, de France et de Norvège.










Et en cadeau bonus le domaine royal.




Précisons que c'est l'état du royaume juste après que le nouveau roi à appris au duc de Savoie à rester à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DrussDharan

avatar

Age : 29
Localisation : La Bourgogne et le vin rouge, genre Auxois.

MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   Dim 24 Aoû 2008 - 21:24

La fin d'un rêve.


Alors que le printemps rayonnait et emplissait le pays de son ardeur, un être de noir vêtu arriva à la cour de Bourgogne, de France et de Norvège.

Il se présenta comme Frederic III dit le Noir. Il venait tout simplement annoncer la destruction complète du puissant royaume. Le roi ne pouvait s'empêcher de rire devant tant de fadaises, lui le puissant monarque du monde connu être défait au combat et son empire naissant ruiné? Impossible.

Cependant quelques temps après le puissant seigneur perdait la vie.

Son héritier était un incapable notoire et les puissants féodaux se rebellerent.
Le duc de Gascogne en tête, seigneur en Italie, en Norvège, au Pays-Bas et dans l'est de la France. Il mena la Fronde vengeresse des humiliés à la victoire. Les armées royales ne pouvait tenir tous les fronts avec un roi incapable et une cour soudain désertés par les généraux prometteurs.

Ainsi périt la lignée de Bourgogne. Honnit et malgré tout crainte car Jean sans cervelle était connu pour être un habile nécromancien. Le noir courroux des Bourgognes poursuivrais les lignées des traitres jusqu'à l'extinction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Epoisses, un aar qui fleure bon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Epoisses, un aar qui fleure bon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Epoisses, un aar qui fleure bon
» Kamilia >>Un parfum de fleur envoûtant flotte dans les airs...
» Mariage de Zigom et Vivilolo [Terminé]
» Mini fleur de Lys en freehand
» Epoisses, le retour du fromageaar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Jeux Paradox :: CK1/2/DV-
Sauter vers: