Accueil  S'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -20%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
39.99 €

 

 De l'enseignement de l'histoire coloniale en France

Aller en bas 
+5
DD
el_slapper
babass
forezjohn
viper37
9 participants
AuteurMessage
viper37

viper37


Age : 47
Localisation : ici

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 0:03

Durant mes multiples sessions d'attente aujourd'hui, je suis tombé sur ce texte (en anglais) du New York Times où une enseignante universitaire dénonce le manque de connaissance historique des Français au sujet de Napoléon 1er et de l'histoire coloniale de France en général. Elle se dit offusquée de voir que l'on célèbre ce chef d'État.

Je laisse le lien pour discussion ainsi que le texte original dans un premier temps, puis la traduction automatisée de Google par la suite.


Napoleon Isn’t a Hero to Celebrate (Napoléon n'est pas un héros à célébrer)

Institutions in France should pay more attention to their country’s history of slavery instead of honoring an icon of white supremacy.
(Les institutions de France devraient faire plus attention à l'histoire esclavagiste de leur pays plutôt que d'honorer une icône de la suprématie blanche.)

By Marlene L. Daut

Professor Daut teaches American and African diaspora studies at the University of Virginia. She is the author of “Baron de Vastey and the Origins of Black Atlantic Humanism.”

(Professeur Daut enseigne les études de la diaspora Américaine et Africaine à l'Université de Virginie. Elle est l'autre de "Baron de Vastey et l'origine du transhumanisme noir atlantique)


Citation :
After a year in which statues of enslavers and colonizers were toppled, defaced or taken down across Europe and the United States, France has decided to move in the opposite direction. The year 2021 is being hailed by many museums and institutions in the country as the “Year of Napoleon” to commemorate France’s biggest tyrant, an icon of white supremacy, Napoleon Bonaparte, who died 200 years ago on the island of Saint-Helena on May 5, 1821.

Dozens of events are planned in his honor. The largest will happen later this spring, when the Réunion des Musées Nationaux opens its Exposition Napoléon in Paris.

As a Black woman of Haitian descent and a scholar of French colonialism, I find it particularly galling to see that France plans to celebrate the man who restored slavery to the French Caribbean, an architect of modern genocide, whose troops created gas chambers to kill my ancestors.

First, some history: In 1794, in the wake of the revolution that transformed France from a monarchy into a republic — and after an enormous slave rebellion ended slavery on the French island of Saint-Domingue (today, Haiti) — France declared slavery’s abolition throughout its territory. But in 1802, Napoleon was in charge and reversed that decision, making France the only country to ever have brought back chattel slavery after abolishing it. The repercussions of Napoleon’s actions lasted long after he was finally removed from power in 1815: The French only definitively re-abolished slavery in 1848.

The French public ordinarily obfuscates, ignores or isn’t aware of this history. This is because the French education system, which I taught in from 2002 to 2003, encourages the belief that France is a colorblind country with an “emancipatory history.” When French schools do teach colonial history, they routinely tout that the country was the first of the European world powers to abolish slavery. They usually leave out or gloss over how and why slavery was re-established eight years later by Napoleon, who used the justification that if he did not reinstate it, sooner or later, the “scepter of the New World” would “fall into the hands of the Blacks.”

Although Napoleon also destroyed the very republic the French claim to revere when he made himself emperor in 1804, it is still common for the French to lionize him as a hero, even if an unlikable one, who not only stomped all over Europe at the Battle of Austerlitz, but also created the Bank of France, the modern legal code and the education system still in use today. “To know Napoleon is to understand the world in which we live,” the Exposition’s official landing page declares. He is a “fascinating character who fashioned today’s France.”

The implication that the Black lives Napoleon destroyed matter less than the French institutions he built has led to some controversy. In February, the ethnic minority staff members at La Villette, the site of the exhibition, threatened to strike over the homage to the man whom scholars of slavery rightfully regard as an irredeemable racist, sexist and despot.  And although only a small concession, I was also invited by the Foundation for the Memory of Slavery to contribute to a short video explaining how the Haitian revolutionaries defeated Napoleon’s troops at the Battle of Vertières.

What needs more elaboration, however, is the role that the French people played in their country’s violent return to slavery. This did not result solely from the capricious whim of one terrible dictator. French legislators and the French Army, with broad support from the public, upheld Napoleon’s actions, demonstrating the enduring incoherence of French republicanism.

In addition to ending France’s war with Britain, in the March 1802 Treaty of Amiens, the British ceded Martinique and other territories where slavery had never been abolished back to the French. The government in Paris therefore needed to either admit these territories into the Republic as slave colonies or end slavery in them, too.

In May of that year, Napoleon resolved the conflict by issuing a decree allowing slavery to be maintained. The Republic’s legislative body subsequently ratified the law with a vote of 211 to 63, creating an opening for slavery to return elsewhere. Black people on the island of Guadeloupe fought the French troops Napoleon sent there to shackle them once more, but they eventually lost their struggle and saw slavery officially reinstated that July.

Things unfolded differently, but no less tragically, in Saint-Domingue. Under two generals who were sent to the island by Napoleon to, in his words, “annihilate the government of the Blacks,” the French Army was ordered to kill all the people of color in the colony who had ever “worn an epaulet.” French soldiers gassed, drowned and used dogs to maul the revolutionaries; the French colonists openly bragged that after the “extermination” the island could simply be repopulated with more Africans from the continent.

This monstrous solution only encouraged the Black soldiers to fight for “independence or death.” After defeating Napoleon’s army and declaring independence, Haiti became the first modern state to permanently abolish slavery.

My students and colleagues, in both France and the United States, usually respond with shock and horror when I describe how thousands of Black people in Saint-Domingue were so cruelly killed by the French as they fought for freedoms most people now take for granted. I insist on reciting this painful part of Haiti’s path to independence because the very fact that this attempted genocide remains mostly unspoken of proves that the French Republic is still unable to fully confront its history of slavery and colonialism.

The “Year of Napoleon” has arrived during a dangerous time. French academics who study race, gender, ethnicity and class are under attack. President Emmanuel Macron has derided the field of post-colonial studies by suggesting that it “has encouraged the ethnicization of the social question” to the point that the Republic is in danger of “splitting” apart. The minister of higher education, research and innovation outright called for an investigation, “so we can distinguish proper academic research from activism and opinion,” and said that scholars studying critical race theory and decolonization, along with sexual identity and social class, were promoting “Islamo-leftist” ideology.

This inquest is being framed as a simple inquiry into the merits of particular schools of thought; it is actually part of an attempt to silence anyone who dares to speak openly of France’s history of racism. But dedicating an entire year to the memory of Napoleon demonstrates that repressing history in the name of France’s favorite ideology, universalism, is already a crucial part of the Republic.

Instead of calling for an investigation into academics determined to bring greater awareness to the role that race and racism play in the lives of descendants of slavery and colonialism, perhaps French leaders should open an inquiry into why Napoleon, a racist and genocidal warmonger, continues to be glorified in the country whose national motto is “liberty, equality, fraternity.”

The truth is that exposing the brutally inhumane consequences of France’s fight to bring back slavery lays bare the uncomfortable fact that racism and colonialism existing alongside proclamations of universal human rights are not aberrations. This apparent contradiction is in fact fundamental to French republicanism. France probably needs to dedicate at least a century to pondering that.

TRADUCTION
Citation :
Après une année au cours de laquelle des statues d'esclaves et de colonisateurs ont été renversées, abîmées ou abattues à travers l'Europe et les États-Unis, la France a décidé d'aller dans la direction opposée. L'année 2021 est saluée par de nombreux musées et institutions du pays comme «l'Année de Napoléon» pour commémorer le plus grand tyran de France, icône de la suprématie blanche, Napoléon Bonaparte, décédé il y a 200 ans sur l'île de Sainte-Hélène en mai 5, 1821.

Des dizaines d'événements sont prévus en son honneur. Le plus important aura lieu plus tard ce printemps, lorsque la Réunion des Musées Nationaux ouvrira son Exposition Napoléon à Paris.

En tant que femme noire d'origine haïtienne et spécialiste du colonialisme français, je trouve particulièrement irritant de voir que la France envisage de célébrer l'homme qui a rétabli l'esclavage dans les Caraïbes françaises, un architecte du génocide moderne, dont les troupes ont créé des chambres à gaz pour tuer mon les ancêtres.

Tout d'abord, un peu d'histoire: en 1794, à la suite de la révolution qui a transformé la France d'une monarchie en une république - et après qu'une énorme rébellion d'esclaves a mis fin à l'esclavage sur l'île française de Saint-Domingue (aujourd'hui, Haïti) - la France a déclaré l'abolition de l'esclavage sur tout son territoire. Mais en 1802, Napoléon était aux commandes et annula cette décision, faisant de la France le seul pays à avoir jamais ramené l'esclavage des biens meubles après l'avoir aboli. Les répercussions des actions de Napoléon durèrent longtemps après sa destitution définitive du pouvoir en 1815: les Français ne ré-abolirent définitivement l'esclavage qu'en 1848.

Le public français obscurcit, ignore ou ignore habituellement cette histoire. En effet, le système éducatif français, dans lequel j'ai enseigné de 2002 à 2003, encourage la conviction que la France est un pays daltonien avec une «histoire émancipatrice». Lorsque les écoles françaises enseignent l'histoire coloniale , elles vantent régulièrement que le pays a été la première des puissances mondiales européennes à abolir l'esclavage. Ils oublient ou oublient généralement comment et pourquoi l'esclavage a été rétabli huit ans plus tard par Napoléon, qui a utilisé la justification que s'il ne le rétablissait pas, tôt ou tard, le «sceptre du Nouveau Monde » «tomberait dans le mains des Noirs.

Bien que Napoléon ait également détruit la république même que les Français prétendent vénérer lorsqu'il s'est fait empereur en 1804, il est encore courant que les Français le fassent du lion comme un héros, même si un héros peu aimable, qui a non seulement piétiné toute l'Europe lors de la bataille. d'Austerlitz, mais a également créé la Banque de France, le code juridique moderne et le système éducatif toujours en usage aujourd'hui. «Connaître Napoléon, c'est comprendre le monde dans lequel nous vivons», déclare la page d'accueil officielle de l'Exposition. C'est un «personnage fascinant qui a façonné la France d'aujourd'hui».

L'implication que le Noir vit que Napoléon a moins détruit la matière que les institutions françaises qu'il a construites a conduit à une controverse. En février, les membres du personnel des minorités ethniques de La Villette, lieu de l'exposition, ont menacé de frapper l'hommage rendu à l'homme que les spécialistes de l'esclavage considèrent à juste titre comme un raciste, sexiste et despote irrémédiable .  Et bien que ce ne soit qu'une petite concession, j'ai également été invité par la Fondation pour la mémoire de l'esclavage à contribuer à une courte vidéo expliquant comment les révolutionnaires haïtiens ont vaincu les troupes de Napoléon à la bataille de Vertières.

Ce qu'il faut cependant préciser, c'est le rôle que les Français ont joué dans le retour violent de leur pays à l'esclavage. Cela ne résultait pas uniquement du caprice capricieux d'un terrible dictateur. Les législateurs français et l'armée française, avec un large soutien du public, ont soutenu les actions de Napoléon, démontrant l'incohérence persistante du républicanisme français.

En plus de mettre fin à la guerre de la France avec la Grande-Bretagne, dans le traité d'Amiens de mars 1802 , les Britanniques cédèrent la Martinique et d'autres territoires où l'esclavage n'avait jamais été aboli aux Français. Le gouvernement parisien devait donc soit admettre ces territoires dans la République en tant que colonies d'esclaves, soit y mettre fin également.

En mai de cette année-là, Napoléon a résolu le conflit en publiant un décret permettant le maintien de l'esclavage. Le corps législatif de la République a ensuite ratifié la loi avec un vote de 211 voix contre 63 , créant une ouverture pour le retour de l'esclavage ailleurs. Les Noirs de l'île de Guadeloupe ont combattu les troupes françaises que Napoléon avait envoyées là-bas pour les enchaîner une fois de plus, mais ils ont finalement perdu leur lutte et ont vu l'esclavage officiellement rétabli en juillet.

Les choses se sont déroulées différemment, mais non moins tragiquement, à Saint-Domingue. Sous la direction de deux généraux envoyés sur l'île par Napoléon pour, selon ses propres termes, «anéantir le gouvernement des Noirs», l'armée française reçut l'ordre de tuer tous les gens de couleur de la colonie qui avaient jamais «porté une épaulette». Les soldats français ont gazé, noyé et utilisé des chiens pour massacrer les révolutionnaires; les colons français se sont vantés ouvertement qu'après «l'extermination», l'île pourrait simplement être repeuplée avec plus d'Africains du continent.

Cette solution monstrueuse n'a fait qu'encourager les soldats noirs à se battre pour «l'indépendance ou la mort». Après avoir vaincu l'armée de Napoléon et déclaré son indépendance, Haïti est devenu le premier État moderne à abolir définitivement l'esclavage.

Mes étudiants et collègues, en France et aux États-Unis, réagissent généralement avec choc et horreur lorsque je décris comment des milliers de Noirs de Saint-Domingue ont été si cruellement tués par les Français alors qu'ils se battaient pour les libertés que la plupart des gens tiennent aujourd'hui pour acquises. J'insiste pour réciter cette partie douloureuse du chemin vers l'indépendance d'Haïti car le fait même que cette tentative de génocide reste pour la plupart tacite prouve que la République française est toujours incapable de faire face pleinement à son histoire d'esclavage et de colonialisme.

«L'Année Napoléon» est arrivée à une époque dangereuse. Les universitaires français qui étudient la race, le sexe, l'ethnie et la classe sont attaqués . Le président Emmanuel Macron a tourné en dérision le domaine des études postcoloniales en suggérant qu'il «a encouragé l'ethnicisation de la question sociale» au point que la République est en danger de «scission». Le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a carrément appelé à une enquête, «afin que nous puissions distinguer la recherche universitaire appropriée de l'activisme et de l'opinion», et a déclaré que les chercheurs étudiant la théorie critique de la race et la décolonisation, ainsi que l'identité sexuelle et la classe sociale, faisaient la promotion Idéologie «islamo-gauchiste» .

Cette enquête est présentée comme une simple enquête sur les mérites d'écoles de pensée particulières; il s'agit en fait d'une tentative de faire taire quiconque ose parler ouvertement de l'histoire du racisme en France. Mais consacrer une année entière à la mémoire de Napoléon démontre que la répression de l'histoire au nom de l'idéologie préférée de la France, l' universalisme , est déjà un élément crucial de la République.

Au lieu d' appeler à une enquête sur des universitaires déterminés à sensibiliser davantage au rôle que jouent la race et le racisme dans la vie des descendants de l'esclavage et du colonialisme, les dirigeants français devraient peut-être ouvrir une enquête sur les raisons pour lesquelles Napoléon, belliciste raciste et génocidaire , être glorifié dans le pays dont la devise nationale est «liberté, égalité, fraternité».

La vérité est que dénoncer les conséquences brutalement inhumaines de la lutte de la France pour ramener l'esclavage met à nu le fait inconfortable que le racisme et le colonialisme qui coexistent avec les proclamations de droits humains universels ne sont pas des aberrations. Cette apparente contradiction est en fait fondamentale du républicanisme français. La France doit probablement consacrer au moins un siècle à y réfléchir.



Mon opinion peu informée est que la dame souffre d'un puissant complexe wokiste, et son champ d'enseignement n'a rien pour me rassurer.
Mais Macron ne m'a pas semblé très populaire sur ce forum, alors qu'en sait-je, peut-être as-t-elle raison, après tout, sur le manque d'éducation coloniale en France et sur le présumé révisionisme historique dont son gouvernemnet souhaiterait faire preuve.
Revenir en haut Aller en bas
forezjohn

forezjohn


Age : 40
Localisation : Expert-comptable city

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 0:50

Le rétablissement de l'esclavage par Napoléon est enseigné à l'école, dans mon souvenir. On n'insiste pas dessus sans doute parce que c'est pas glorieux, aussi parce qu'il y a 1000 autres choses à dire.
Revenir en haut Aller en bas
babass





De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 5:30

Et puis à cette époque, les colonies françaises c’est peanut.
Les anglais nous quasi tout pris à part Haïti qu’on perdra tout seul (et c’est bien enseigné ça d’ailleurs), et si on récupère notre Louisiane : on n’en fait rien du tout sinon le revendre quelques années plus tard (par Napoléon)

Le commerce triangulaire est enseigné, et les seules villes européennes qu’on enseigne de ce commerce c’est des françaises (Nantes et Bordeaux) alors qu’on se fout de leur concurrentes anglaises par exemple
Revenir en haut Aller en bas
http://babass.canalblog.com En ligne
el_slapper

el_slapper


Age : 46
Localisation : Dans un Q400, entre Paris et Montpellier

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 8:08

+1 avec mes collègues. C'est très secondaire, mais "suite à son mariage avec une créole, Napoléon rétablit l'esclavage dans les colonies, esclavage qui avait été aboli par la révolution", c'est bien ce qu'on m'a appris. On insiste pas, mais c'est dit. On ne dit rien de plus, mais c'est une question de priorités. Et les colonies, comme précisé par mes estimés collègues, à l'époque, c'est juste quelques confettis.

De toutes façons, même en prenant ça en compte, faire de Napoléon un "tyran de la suprématie blanche", c'est complètement à coté de la plaque. Il n'en a rien à foutre, c'est juste un moyen de faire retomber la pression de ce coté là. Napoléon est un tyran, oui, mais avant tout un tyran européen. Qui fait opprimer l'européen par l'européen. L'aspect colonialiste est très secondaire, et franchement pas marquant. Il n'est pas faux dans l'absolu, mais ramener Napoléon à cet aspect là, c'est juste se prendre pour le nombril du monde.

Louis XIV, oui, lui, est un suprémaciste blanc (à la mode de son époque, qui n'est pas du tout la mode moderne) qui fait plein de dégâts, code noir et autres. Et ça aussi, c'est à peu prêt dit - commerce triangulaire, exploitation, morts en chemin, toussa.

Elle n'est pas complètement dans le faux, hein, Napoléon était un tyran sanguinaire, et le célébrer ne nous fait pas honneur. Mais attaquer ça par l'aspect anecdotique des confettis coloniaux est quand même un signe de nombrilisme majeur.
Revenir en haut Aller en bas
DD

DD


Age : 34

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 9:17

Je ne sais pas si la question de l'esclavage puisse être renvoyé au statut de l'anecdote.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
forezjohn

forezjohn


Age : 40
Localisation : Expert-comptable city

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 9:33

DD a écrit:
Je ne sais pas si la question de l'esclavage puisse être renvoyé au statut de l'anecdote.

Disons que dans le cas de Napoléon ça semble compliqué de le mettre en haut de la liste de tous les trucs à dire et étudier à l'école où il a énormément de choses à voir.
Et je ne crois pas qu'on passe beaucoup plus de temps sur les nombreux crimes humains(à l'exception de la Shoah) des tyrans de l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Bob Lafayette

Bob Lafayette


Age : 48
Localisation : Lorient

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 9:55

Il y a plusieurs éléments qui nuisent un peu dans les débats actuels autour de cette question :

1. On cherche un peu trop à brouiller les frontières entre commémoration et célébration. Ce n'est pas la même chose et chacun essaie de jouer sur le flou entre les deux pour avancer avec des saloperies mémorielles, d'un bord ou de l'autre.

2. On dénonce le rétablissement de l'esclavage mais pas un mot sur les innombrables et innommables massacres de Napoléon. Le tres de mayo n'est pas une coiffure faite avec de la sauce grasse.

3. Le gouvernement se vautre à laisser la commémoration de 1870 aux seuls gauchistes.

4. Qui n'a rien à voir directement : Je pense que dire que Louis XIV est un suprémaciste blanc est un peu anachronique alors que chacun sait que c'était un sale fasciste.

Edit 5 : Et Napoléon, on est dans une histoire coloniale qui n'est pas encore celle de l'Empire français et ça n'a pas grand chose à voir, a priori
Revenir en haut Aller en bas
DD

DD


Age : 34

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 10:27

forezjohn a écrit:
DD a écrit:
Je ne sais pas si la question de l'esclavage puisse être renvoyé au statut de l'anecdote.

Disons que dans le cas de Napoléon ça semble compliqué de le mettre en haut de la liste de tous les trucs à dire et étudier à l'école où il a énormément de choses à voir.
Et je ne crois pas qu'on passe beaucoup plus de temps sur les nombreux crimes humains(à l'exception de la Shoah) des tyrans de l'histoire.
Il y a une différence entre dire "c'est une des nombreuses choses" et le renvoyer au rang de l'anecdote. Surtout que rétablir l'esclavage, c'est pas rien non plus.

Sur les crimes des tyrans, ça rentre en écho avec ce que dit Bob, à propos de la frontière entre commémoration et célébration.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Keyser Pacha

Keyser Pacha


Age : 43
Localisation : Pleine tête !

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 14:26

el_slapper a écrit:

De toutes façons, même en prenant ça en compte, faire de Napoléon un "tyran de la suprématie blanche", c'est complètement à coté de la plaque. Il n'en a rien à foutre, c'est juste un moyen de faire retomber la pression de ce coté là. Napoléon est un tyran, oui, mais avant tout un tyran européen. Qui fait opprimer l'européen par l'européen. L'aspect colonialiste est très secondaire, et franchement pas marquant. Il n'est pas faux dans l'absolu, mais ramener Napoléon à cet aspect là, c'est juste se prendre pour le nombril du monde.

Louis XIV, oui, lui, est un suprémaciste blanc (à la mode de son époque, qui n'est pas du tout la mode moderne) qui fait plein de dégâts, code noir et autres. Et ça aussi, c'est à peu prêt dit - commerce triangulaire, exploitation, morts en chemin, toussa.

Dire que Louis XIV est un suprémaciste blanc est tout aussi à côté de la plaque que pour Napoléon (et même plus en fait...).
Je n'ai pas d'idée très claire sur ce que pensait Louis XIV des africains noirs comparés aux européens, mais ce que je sais du code noir c'est que c'est une tentative de réguler et reprendre le contrôle de la justice dans les colonies par le pouvoir royal.

C'est un premier rétablissement (par la mise sous forme juridique moderne) d'une pratique ancienne disparue du royaume au cours du moyen âge mais rétablie dans les colonies (et sous une forme racialisée, puisqu'elle ne vise plus que les noirs en effet).
Et c'est une manière de réaffirmer l'autorité royale sur tout ce qui touche à la loi et à la justice jusque dans les colonies.
Un esclave affranchi y est, théoriquement, considéré comme n'importe quel autre sujet du roi et l'affranchissement, comme dans le droit antique, est prévu et encadré également.
J'en ai déjà parlé dans d'autres fils, on peut se poser la question de la réalité de cet égalité de traitement dans les faits (à cause du racisme, à cause de la difficulté à faire valoir ses "droits", ou d'avoir accès à des recours etc) et c'est une problématique importante. Mais je crois que faire de Louis XIV un "suprémaciste blanc" est une lecture assez fausse.

D'autant quand c'est pour excuser un Napoléon de la même accusation, alors qu'il a sans doute laissé plus d'indices de son opinion négative des noirs par des citations que Louis XIV (qui en a peut être laissées aussi, mais que j'ignore en tout cas)

Sur le texte d'origine, c'est une forme de rhétorique qui m'use en ce moment, ou l'on part de quelque chose de vrai (globalement), mais on va le tordre, le déformer, l'exagérer, pour soutenir ou renforcer son propos. Or c'est une forme de malhonnêteté intellectuelle (que l'idéologie derrière soit progressiste ou raciste... Car c'est une tactique de l'extrême droite également).

Je ne suis pas certain de ce qu'elle entend par "chambre à gaz", mais je soupçonne qu'il pourrait s'agir de gens enfermés dans des bâtiments mis en feu, vu le contexte historique. C'est un rapprochement malhonnête à plusieurs titres.
L'armée française a commis des exactions à Haïti, c'est certain et il peut y avoir un réel débat pour savoir si le fait que les victimes soient des noirs et des esclaves rebelles n'a pas suscité une violence disproportionnée par préjudice racial des troupes, des officiers et des créoles souhaitant reprendre le contrôle de l'île.

Mais en même temps on parle de la révolution française, il y a eu la terreur, les noyades de Nantes, la guerre de Vendée...

Est-on réellement dans une violence différente ? C'est peut-être le cas, probablement même, mais l'utilisation de parallèle avec des évènements du XXème siècle plutôt qu'avec les exactions de la même période dénote une volonté de "communication", d'user de la forme, plus que du fond et je crois que la réalité est sans doute plus nuancée.
Revenir en haut Aller en bas
capitaine Fracasse

capitaine Fracasse



De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 16:07

Elle n'a pas dû souvent mettre les pieds en France. Napoléon n'est pas particulièrement célébré en France. Rien n'a été fait pour le bicentenaire du 18 Brumaire, de la bataille d'Austerlitz ou de celle de Waterloo, par exemple. Napoléon est -à juste raison- relativement mal aimé, des Français, mais aussi de leurs représentants au sein de la classe politique.

De surcroit, prétendre que Napoléon aurait rétabli l'esclavage est une contre-vérité. Napoléon Bonaparte a prononcé un moratoire, dans le cadre de la paix d'Amiens, sur l'abolition de l'esclavage dans celles des colonies françaises qui, occupées par les Britanniques au moment de l'abolition, n'ont pas encore procédé à l'abolition de fait. Cela ne concernait donc aucunement Saint-Domingue.
Bonaparte a par la suite fermé les yeux sur (et peut-être même encouragé) des mesures de rétablissement, par contournement, de formes d'asservissement des anciens esclaves. Mesures clandestines qui restèrent, au regard du droit -y compris impérial- illégales (d'où leur clandestinité). De retour de son exil, Bonaparte a, enfin, confirmé l'abolition de l'esclavage en 1815.

Bref... cette "enseignante universitaire" devrait peut-être commencer par étudier son sujet...


Dernière édition par capitaine Fracasse le Ven 19 Mar 2021 - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bob Lafayette

Bob Lafayette


Age : 48
Localisation : Lorient

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 18:02

On a une citation de Louis XIV sur les noirs qui disait :

"Mais qu'ont-ils ces gens avec mon ancien surintendant à crier MotherFouquet ! MotherFouquet !"
Revenir en haut Aller en bas
Lord_Klou

Lord_Klou


Age : 54
Localisation : En Haut à Droite de France

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 18:25

Je me sens tellement offusqué par tous ces gens qui s'offusquent qu'il me faut un nouveau mot pour le dire : je suis uffosqué ! Quéfossu ! Oquffsé !

Ah ouais, oquffsé, ça c'est un chouette mot de novlangue. Définition : lorsqu'on se sent tellement offusqué par une discrimination sociale, sexuelle, raciale, historique, [insérer ici le truc de votre choix] et gloubiboulguesque qu'on suffoque d'offuscation.

Revenir en haut Aller en bas
viper37

viper37


Age : 47
Localisation : ici

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 19:05

Bob Lafayette a écrit:

Edit 5 : Et Napoléon, on est dans une histoire coloniale qui n'est pas encore celle de l'Empire français et ça n'a pas grand chose à voir, a priori

le titre du fil est mien, et fait référence à un passage plutôt anodin où la dame mentionne que les Français ignorent leur histoire coloniale - sous entendre les mauvais côté - . Mon échantillon de citoyen Français avec qui je discute régulièrement se résume à ici et Languish. Vous êtes tous très éduqué, tirez plutôt sur votre gauche (enfin, par rapport à moi Wink ) et pas du tout ignorant des histoires d'horreurs coloniales sur toute la durée de vie des colonies de France. Oli ne s'est jamais montré fier des exactions belges au Congo, même si la colonie appartenait au Roi et non à l'État. Chaque pays a des squelettes dans son placard, que ce soit à l'interne, dans son expansion territoriale ou dans sa colonisation pour les grands pays Européens.

Donc, mon but était de vérifier si, généralement parlant, on passait outre l'histoire coloniale de France en n'y mentionnant que les beaux côtés lors des cours d'histoire non spécialisés. L'histoire de France est quand même vachement plus longue que celle du Québec! Wink Je me doute bien qu'il est impossible, au Lycée, d'étudier dans les moindres détails tout ce qui a pu se passer dans les colonies de France, des touts débuts jusqu'au 20e siècle. Hors, malgré celà, ça m'apparaissait plutôt incroyable que le Français moyen ignore que son pays a déjà pratiqué l'esclavage, participer à la traite négrière, combattu des esclaves libres, etc.

Par comparaison, l'histoire au Québec, de mon époque, c'était 2 cours obligatoire et 1 en option que j'ai pris (histoire générale, de la préhistoire jusqu'au 20e siècle; histoire du Québec 1534 à ajd; histoie du 20e siècle). De nos jours, je crois que le cour d'histoire du Québec est scindé en deux, mais je n'en suis plus certain. Si la France possède la même structure éducative, je comprends très bien que l'on ne peut pas s'attarder à parler de Napoléon et d'Haïti durant 45h. Une universitaire Haïtienne aura certainement reçue bien plus de leçons d'histoire sur ce sujet qu'un citoyen Français. Idem pour le Québec au 20e siècle, on ne doit pas en parler abondemment durant les cours d'histoires de France, ce qui est tout à fait normal.

Je vous remercie tous de vos commentaires éclairants. D'autant plus que ça confirme mon opinion de l'auteure de ce texte Wink (allez hop, je m'envoie mes propre fleurs même si c'est le fil universitaire! Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Keyser Pacha

Keyser Pacha


Age : 43
Localisation : Pleine tête !

De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 19:33

Je confirme qu'on voit à l'école (ou qu'on le voyait à mon époque en tout cas) l'abolition de l'esclavage puis son rétablissement (avec fracass il y avait déjà eu discussion sur la manière dont cela s'était fait légalement ou non), l'expédition militaire puis l'indépendance d'Haïti. Mais que c'est très rapide et que l'on passe les exactions.

Mais de fait, chaque épisode de l'époque est traité rapidement. La révolution et l'empire sont chargés en évênements et c'est déjà bien que cela soit simplement vu et pas omis.

Quand à la glorification de Napoléon, oui une partie des gens en France le voit encore comme un grand personnage de notre histoire et même si on lui est hostile, il est difficile de lui retirer son rôle clef et son influence sur le destin du pays.

Personnellement j'idéalise bien plus la république. Mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
babass





De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France EmptyVen 19 Mar 2021 - 19:38

On vient d’un forum centré sur les jeµx europa universalis et victoria
C’est normal qu’on s’y connaisse en histoire coloniale
Revenir en haut Aller en bas
http://babass.canalblog.com En ligne
Contenu sponsorisé





De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty
MessageSujet: Re: De l'enseignement de l'histoire coloniale en France   De l'enseignement de l'histoire coloniale en France Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'enseignement de l'histoire coloniale en France
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TV] Ce soir ou jamais : Enseigner l'histoire
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Université-
Sauter vers: